Formes nouvelles de l'engagement dans le roman espagnol actuel : Alfons Cervera, Belén Gopegui, Isaac Rosa

par Anne-Laure Bonvalot

Thèse de doctorat en ETUDES ROMANES spécialité Etudes hispaniques et hispano-Américaines

Sous la direction de Jean-François Carcelen.

Soutenue le 05-12-2014

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec LLACS - Langues, Litteratures, Arts et Cultures des Suds (laboratoire) .

Le président du jury était Geneviève Champeau.

Le jury était composé de Georges Tyras, Fernando Valls.

Les rapporteurs étaient Nathalie Sagnes Alem.


  • Résumé

    On prétend éprouver dans cette étude l'hypothèse suivante : le retour, dans le roman espagnol récent, d'un courant défendant ouvertement la puissance critique et politique de l'écriture littéraire. Saisie à la fois comme discours social et comme forme du savoir, la littérature serait dès lors porteuse de dissensus et potentiellement transformatrice. Cette tendance à contre-Courant, si elle reste minoritaire, n'en est pas moins profondément significative. Au plan esthétique, la revendication des notions de responsabilité, d'intentionnalité et de politicité de l'écriture n'implique pas de recourir à la transparence et au monologisme du roman à thèse. Elle induit plutôt un réinvestissement paradoxal des formes brisées du postmodernisme littéraire, situant la fiction politique du côté de la problématisation des canons et des normes, de la dénaturalisation, de la désidentification et du décentrement, de la critique des partages établis ou de la perturbation des places, plutôt que dans la certitude monolithe et l'imposition autoritaire du message. Sur cette inscription générique paradoxale s'articule un nouveau réalisme critique, qui problématise à l'envie l'injonction mimétique tout en revendiquant l'héritage du grand roman social. Au plan théorique et rhétorique, l'adoption d'une posture maximaliste où se donnent à lire les fondements conceptuels de l'engagement classique – interventionnisme, historicisme, injonction au positionnement, projet de dévoilement – s'accompagne d'un rejet de la catégorie d'écriture engagée, à laquelle les auteurs préfèrent d'autres vocables – écriture résistante, révolutionnaire ou responsable. À la croisée du roman mémoriel et de la fiction politique – deux tendances dont on analysera les jeux de recouvrement –, notre corpus d'étude se compose de treize romans de trois écrivains représentatifs de ce courant : Alfons Cervera, Belén Gopegui et Isaac Rosa, trois romanciers dont l'œuvre semble indiquer l'émergence d'un nouveau paradigme esthétique dont on se propose d'analyser les enjeux formels, théoriques et institutionnels.

  • Titre traduit

    New forms of engagement in today's Spanish novel : Alfons Cervera, Belén, Isaac Rosa


  • Résumé

    I intend to verify in this study the following hypothesis : the resurgence, in the recent Spanish novel, of a trend openly defending the critical and political power of literary writing. Seen both as a social discourse and as a form of knowledge, literature would therefore be the bearer of dissent and would be potentially transformative. This tendency against the current, while remaining minor, is nevertheless profoundly significant. As far as aesthetics is concerned, the claim of notions such as responsibility, intentionality and politicality of writing does not imply a resort to the transparency and monologism of the thesis novel. This new trend rather implies a paradoxical reinvestment of the shattered forms of literary postmodernism; it sets political fiction along with problematizing canons and norms, denaturalizing, de-Identifying, decentralizing, and criticizing the established categories or reregulating all representations of places. This trend does not allude to a monolithic conviction or an authoritative imposition of a message. From this paradoxical and generic inscription emerges a new critical realism, which problematizes over and over again the mimetic injunction while claiming the heritage of the great social novel. From a theoretical and rhetorical point of view, the adoption of a maximalist position in which one can read the conceptual foundations of classical engagement – interventionism, historicism, the injunction to take a stand, the project of unveiling – goes along with the rejection of the category of engaged literature, to which the authors prefer other terms – resistance, revolutionary or responsible writing. At the crossroads of the memorial novel and political fiction – two tendencies which I shall analyze for movements of coincidence – the corpus of my study is composed of thirteen novels by three writers representative of this new current : Alfons Cervera, Belén Gopegui and Isaac Rosa, three novelists whose works seem to indicate the emergence of a new aesthetic paradigm of political and literary engagement in today's Spanish novel which I shall analyze the formal, theoretical and institutional stakes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.