Violence à l'école : compréhension d'un phénomène social à João Pessoa, Etat de Paraiba, Brésil

par Maria Célia De Assis

Thèse de doctorat en Sociologie, demographie

Sous la direction de Martine Xiberras.

Soutenue le 22-04-2014

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Laboratoire d´études et de recherches en sociologie et en ethnologie de Montpellier, EA 4584 (Montpellier) (laboratoire) et de Laboratoire d'Etudes et de Recherches en Sociologie et en Ethnologie de Montpellier / LERSEM (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Joron.

Les rapporteurs étaient Patrick Watier, Jean-Martin Rabot.


  • Résumé

    Notre intérêt pour le thème de la violence dans l’école n’est pas apparu par hasard, mais il se justifie surtout pour les raisonssuivantes: nous croyons que malgré les différentes manifestations de la violence contre les enfants et les adolescents à l’école et dansla sociéte, quelque chose doit être fait à cet égard, des propositions doivent être présentées et des alternatives doivent être construites.Nous avons donc mené une recherche en ce sens: « Violence à l’école: compréhension d’un phénomène social à João Pessoa-Paraíba-Brésil », dans le but comprendre les actions éducationnelles et préventives du projet « École qui Protège » pour combattre laviolence commise envers les enfants et les adolescents indépendamment de la couleur de leur peau, de leur ethnie, de leur genre et deleur classe sociale dans des écoles de la banlieue de João Pessoa-Paraíba-Brésil. Pour poursuivre cet objectif, nous avons entreprisune approche qualitative en prenant pour référentiel Robert Bogdan et Sari Bicklei. Nous avons collecté les données à traversl'interview semi-structurée, ce qui nous a permis de nous engager dans un processus d’écoute des acteurs concernés ; matériel quenous avons pu analyser et comprendre via l’Analyse de Contenu, basée sur Laurence Bardin. Pour mener à bien notre recherche etpour asseoir notre fondamentation théorique, nous nous sommes laissés guider par de nombreux sociologues comme MartineXiberras, Michel Maffesoli, Alain Touraine, Edgar Morin, Zygmunt Bauman, Norbert Elias, Erving Goffman, Howard Saul Becker,et par la philosophe allemande Hannah Arendt, sans oublier les auteurs brésiliens comme l’éducateur Paulo Freire, le théologien etphilosophe Leonardo Boff, entre autres. Les auteurs mentionnés nous ont donc permis de nous ancrer théoriquement à la lumière dedivers aspects sociologiques, philosophiques et antropologiques, nous aidant ainsi à mieux comprendre la complexité de la violencesous la forme du préjugé, de la discrimination et de l’exclusion, envers les enfants et les adolescents noirs, indigènes, sans terre ;violence qui s'exprime dans la société en général, et plus spécifiquement dans l’espace scolaire. Par conséquent, l’un des cheminspour que l’école puisse reconquérir son espace contaminé par la violence, passe par le développement du respect des droits desenfants et des adolescents et par l’appui d'organismes publics chargés du secteur éducationnel et engagés dans des politiquespubliques allant en ce sens.

  • Titre traduit

    School violence : understanding a social phenomenon in João Pessoa - Paraiba - Brazil "


  • Résumé

    Our interest about the topic of violence in the school, did not arise by chance, but mainly because we believe that although on thevarious manifestations of violence at school and in the society, against children, something must be done, proposals must besubmitted, alternatives must be constructed. Therefore, we conducted a survey entitled: " Violence in schools: understanding a socialphenomenon in João Pessoa - Paraiba - Brazil " , with the goal of understanding the educational and preventive activities of theproject " School that Protects" to revert to violence against children and adolescents , regardless of color , ethnicity, gender and socialclass in schools on the outskirts of João Pessoa, Paraíba , Brazil . In pursuing of this objective we walked through a qualitativeapproach, taking as reference the authors Robert Bogdan and Sari Bicklei. Data were collected through semi - structured interviewprocess, that allowed us to listen to the stakeholders and, analyzed and understood by content analysis, based on Laurence Bardin.Order to carry on our research we seek theoretically support us with allies like the sociologists , Martine Xiberras , Maffesoli , AlainTouraine and Edgar Morin , Zygmund Bauman , Elias Norbert , Erving Goffman , Howard Saul Becker, the Germanic philosopherHannah Arendt, not forgetting the Brazilian authors, like the educator Paulo Freire and the theologian and philosopher Leonardo Boff, among others. Those authors allowed us in a theoretical grounding, in sociological, philosophical and anthropological aspects, andhelped us to understand the complexity of violence in the form of prejudice, discrimination and exclusion against children andadolescents, black, indian, landless, violence by society in general aspects and particularly in the school environment. Therefore, oneof the ways the school can rebuild your space contaminated by violence is the development of respect for the rights of children andadolescents, and the support of the government agencies responsible for education, with public policies for this purpose.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.