L' Andalousie dans l'Espagne des autonomies : du statut de 1981 à celui de 2007

par Mexcin Ebane

Thèse de doctorat en Langues et littératures étrangeres

Sous la direction de Florence Belmonte.

Le président du jury était Philippe Martel.

Le jury était composé de Angeline Mbega.

Les rapporteurs étaient Antoine Fraile, Pilar Martínez-Vasseur.


  • Résumé

    L’émergence du mouvement de revendication identitaire andalou entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle signe l’insuccès des libéraux espagnols dans leur tentative de construire un Etat-nation, et confirme leur indifférence face à l’ensemble des problèmes socioéconomiques qui terrassèrent l’Andalousie durant le XIXe siècle. La nécessité de la mise à niveau des mesures juridiques entre toutes ses classes sociales et l’amélioration des conditions de vie et de travail du prolétariat, soumis à des inégalités de traitement et exposé à des discriminations, fit émerger au sein de la petite bourgeoisie un nationalisme alternatif à celui de l'Etat-nation qui, pour les Andalouses et les Andalous, était une réalité lointaine et continuellement hostile. Utilisé comme instrument politique dont le but était de sortir l’Andalousie de son sous-développement, l’andalousisme fut durement réprimé durant les dictatures de PRIMO DE RIVERA et de FRANCO. Mais la violence engendrant la résistance, au lieu d’anéantir les revendications nationalistes périphériques, ces régimes hautement répressifs et autoritaires contribuèrent plutôt à légitimer plus encore leur combat durant la transition démocratique. Dans le but de trouver une solution à la confrontation séculaire qui opposait ces nationalismes à l’Etat, les rédacteurs de la Constitution de 1978 optèrent pour la création d’un Etat des autonomies qui repose sur l’unité de l’Espagne en tant que nation, mais reconnaît tout de même le droit à l’autonomie des nationalités et des régions qui la composent. Cette solution vint à point nommé pour l’Andalousie qui, depuis toujours, concevait l’autonomie politique comme la garantie de son développement. Cependant, au bout de trois décennies d’exercice de régime autonomique, en dépit de l’instrumentalisation de son sous-système politique et de ses Statuts d’Autonomie de 1981 et de 2007 comme moteur de ce développement, force est de constater que l’Andalousie continue à occuper la dernière place parmi les régions les moins développées de l’Espagne.

  • Titre traduit

    Andalucia in Spain of the autonomies : from the 1981 status to that of 2007


  • Résumé

    The emergence of the movement of Andalusian identity claim, between the late Nineteenth and early Twentieth Century marks the failure of the Spanish liberals in their attempt to build a Nation-state, and confirms their indifference to all the socioeconomic problems which overwhelmed Andalusia during the Nineteenth Century. The need to upgrade legal action between all social classes and the improvement of living and working conditions of the proletariat, subjected to unequal treatment and exposed to discrimination did emerge within the petty bourgeoisie, an alternative nationalism to that of the Nation-state which, for the Andalusians, was a distant and continually hostile reality. Used as a political instrument whose purpose was to make Andalusia emerge from its underdevelopment, the “andalousism” was severely repressed during the dictatorship of PRIMO DE RIVERA and FRANCO. But violence causing resistance, instead of destroying the peripheral nationalist claims, these highly repressive and authoritarian regimes rather contributed to legitimize their fight for democratic transition. In order to find a solution to the confrontation that pitted the secular nationalism against the State, the drafters of the 1978 Constitution opted for the creation of a State of autonomy based on the unity of Spain as a Nation, but nevertheless recognizes the right to autonomy of the nationalities and regions that compose it. This solution came in the nick of time for Andalusia that has always conceived, right from the start, political autonomy as a guarantee of its development. However, after three decades of autonomic system exercise, despite the instrumentalisation of its political subsystem and its Statute of Autonomy of 1981 and 2007 as an engine of this development, it is clear that Andalusia continues to occupy the last place among the less developed regions of Spain


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.