Systématique et phylogénie des Neelipleona (Collemboles)

par Clément Schneider

Thèse de doctorat en Systématique & évolution

Sous la direction de Louis Deharveng et de Cyrille d' Haese.

Le président du jury était Alain Dubois.

Le jury était composé de Thomas Tully.

Les rapporteurs étaient Jean-Yves Rasplus, Wanda Maria Weiner.


  • Résumé

    Des quatre ordres de Collemboles, celui des Neelipleona est le moins étudié. Il ne comptait que 30 espèces avant le début de cette thèse. Sa diversité est mal connue, et est délicate à appréhender du fait du manque de précision taxinomique dont souffrent les travaux fondamentaux dédiés à ce groupe. J’ai mené une étude détaillée sur la morphologie de ce groupe en comparant le plus finement possible les différents genres de Neelipleona. Les caractères du groupe et leurs variations sont décris et discutés. Les connaissances morphologiques acquises permettent une relecture des travaux antérieurs et la modernisation du cadre systématique. Ce cadre est détaillé pour l’ensemble de l’ordre, avec des clefs d’identification et des diagnoses couvrant l’ensemble des espèces. Ce travail prépare une future révision complète de l’ordre. Les relations phylogénétiques de la base des Collemboles et les relations au sein des Neelipleona ont été étudiées sur la base de données moléculaires. L’échantillonnage compte 89 taxons, incluant 72 Collemboles dont 23 Neelipleona. Des marqueurs moléculaires issus des gènes COI, 16S rDNA, 18S rDNA et 28S rDNA ont été séquencés (5 marqueurs individuels au total). La phylogénie a été reconstruite selon le principe de parcimonie, avec optimisation directe. Une analyse de sensibilité a été réalisée pour étudier les variations de la congruence des caractères, le comportement des noeuds et le comportement de la racine au travers des jeux de paramètres de pondérations des transformations. La très forte divergence moléculaire entre les Collemboles et leurs plus proches parents (Protoures, Diploures et Insectes) est la cause d’artefact d’attraction de longues branches dont résulte un enracinement de l’arbre très peu robuste, laissant incertaine les relations à la base des Collemboles.

  • Titre traduit

    Systematics and Phylogeny of the Neelipleona (Springtails)


  • Résumé

    The Neelipleona are poorly studied in regard of the other three orders of Collembola. The group included only 30 species before the begining of this work. The diversity of the Neelipleona is poorly known, and is difficult to handle due to the lack of taxonomic accuracy that plagues the major studies dedicated to the group. A comprehensive work on the morphology of the group has been realized, based on a thorought comparizon of the various genus of Neelipleona. The morphological characters and their variations are described. The gained morphological knowledge allow a review of the anterior studies and an update of the systematic framework in compliance with the new standard. This work presages a futur complete revision of the order. The phylogenetic relationships between the main lineages of Springtails and the relationships within the Neelipleona have been studied from molecular data. The sampling add up 89 taxa, including 72 Springtails, 23 of which are Neelipleona. Five molecular markers selected from the four genes COI, 16S rDNA, 18S rDNA and 28S rDNA have been sequenced. The phylogeny has been infered with the parsimony criterion under the direct optimization scheme. A sensitivity analysis has been realized to study the robustness of nodes and root through the space of the sets of parameters for the transformations weighting. The high molecular divergence between the Sprintails and their closest relatives (Coneheads or Protura, Diplura and Insects) is the causes of a long branch attraction bias. Due to this bias the root hypothesis on the Springtails’ tree is very weak and so the relationships between the main lineages remain unclear.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XIV-400 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 259-275

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2014 -- 9
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.