La réécriture du théâtre chinois et l'évolution du genre tragique dans l'Europe des Lumières : de "L'Orphelin de la maison de Tchao" (XIIIe siècle, traduction par le Père Prémare 1731) de Ji Junxiang à "L'Orphelin de la Chine" 1755 de Voltaire et à "The Orphan of China" 1759 de Murphy

par Guo Tang

Thèse de doctorat en Langue et litterature francaises

Sous la direction de Régine Jomand-Baudry.

Soutenue le 29-09-2014

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) .

Le président du jury était Marc Hersant.

Le jury était composé de Siyan Jin, Laurent Mattiussi.

Les rapporteurs étaient Marc Hersant, Catherine Ramond.


  • Résumé

    Depuis l’introduction du premier théâtre chinois en Europe au XVIIIe siècle, le sujet chinois exerce un fort attrait sur les dramaturges européens, dont les réécritures dramatiques témoignent d’une évolution sensible du genre tragique. L’enjeu de cette thèse est de faire découvrir le processus de réécriture théâtrale qui, à travers les choix esthétiques et idéologiques qu’elle traduit, manifeste à la fois l’engouement des auteurs pour l’exotisme, leur attachement à la tradition et leur désir d’innovation. La démarche adoptée est à la fois transtextuelle et transculturelle. Les modalités de la réécriture, de l’Orphelin de la maison de Tchao de Ji Junxiang à l’Orphelin de la Chine de Voltaire et à The Orphan of China de Murphy, sont abordées par l’analyse des liens de filiation ou de rupture entretenus par les auteurs avec leurs textes-sources. L’examen de la dramaturgie montre que la réécriture des Orphelins, comme pratique théâtrale interculturelle et interlangagière, entraîne une modification profonde de la nature du texte théâtral. Cette thèse examine d’abord le contexte historique, puis les éléments dramatiques de la réécriture de la tragédie chinoise dans l'Europe des Lumières, afin de saisir le sens accordé par Voltaire et Murphy à ce sujet chinois, qu’ils renouvellent en profondeur.

  • Titre traduit

    The rewriting of Chinese theater and the evolution of the tragic gender in Enlightenment Europe : from The Orphan of the house of Tchao by Ji Junxiang (translated from Chinese into French by Father Premare in 1731), to The Orphan of China (1755) by Voltaire and to The Orphan of China (1759) by Murphy


  • Résumé

    Since the introduction of the first Chinese drama in Europe in the eighteenth century, the Chinese subject exerts a strong attraction on European playwrights whose dramatic rewritings reflect a sensitive evolution of the tragic gender.The aim of this thesis is to show the process of theatrical rewriting, which through the authors’ aesthetic and ideological choices, demonstrates their passion for exoticism, their attachment to tradition and their desire for innovation. This thesis basically takes a transtextual and transcultural approach. The modes of rewriting from Ji Junxiang’s The Orphan of the house of Tchao, to Voltaire’s L’Orphelin de la Chine and to Murphy’s The Orphan of China is tackled by analyzing the relation maintained by authors in accordance with their texts-sources. This dramaturgical study shows that the rewriting of the Orphans, as intercultural and interlanguage theatrical practice, leads to a profound change in the nature of the theatrical text. This thesis discusses firstly the historical context, secondly the dramatic elements of Chinese tragedy’s rewriting in the European Enlightenment, in order to better grasp the meaning given by Voltaire and Murphy to this Chinese subject, which they renovate in depth.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.