Taïwan, écriture et écologie : explorations écocritiques autour des œuvres de Wu Ming-yi

par Gwennaël Gaffric

Thèse de doctorat en Études transculturelles

Sous la direction de Gregory B. Lee.

Soutenue le 28-03-2014

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) .

Le président du jury était Jon Solomon.

Le jury était composé de Xiaoyan Peng.

Les rapporteurs étaient Yves Clavaron, Chien-Chung Ch'en.


  • Résumé

    Quels peuvent être les espaces d’interaction entre écriture et écologie – comprises toutes deux dans leur sens large – à l’ère de l’Anthropocène ? En prenant pour pivot de réflexion les textes de Wu Ming-yi吳明益 (1971-), auteur taïwanais contemporain, cette thèse souhaite interroger ces interactions à travers trois modalités :1) la mise en narration de l’environnement naturel : que signifie « écrire la nature » ? Quelles incidences esthétiques, politiques, ontologiques induisent l’utilisation de la catégorie discursive de « nature » et son dépassement, à travers par exemple l’écriture de l’espace urbain, au profit d’une « écopoétique » ?2) l’écriture et la pratique écologiste : comment l’écriture investit les plateformes idéologiques, de la réécriture de l’histoire (post)coloniale de Taïwan à la résistance militante ?3) l’écriture et l’imagination littéraire de devenirs-humain et de devenirs-monde alternatifs : comment l’écriture peut fait naître la possibilité d’envisager l’existence d’un monde commun respectueux du divers ?À l’appui d’une lecture écocritique des œuvres de Wu Ming-yi – sans limitation de genre (romans, nouvelles, essais et même travaux académiques) – et leur mise en perspective avec d’autres textes (littéraires ou non) et issus d’horizons géographiques différents, l’objectif de cette thèse est ainsi de réfléchir sur la poétique de la relation telle qu’elle s’exprime dans l’appropriation par Wu de problématiques environnementales dans le contexte spécifique de Taïwan.Nous essaierons de nous intéresser plus particulièrement à l’écopoétique en tant que réflexion sur l’idée de « nature », en tant que programme cosmopolitique et en tant que philosophie concrète et rhizomatique de la Relation.

  • Titre traduit

    Taiwan, Writing and Ecology : ecocritical Explorations in Wu Ming-yi's Works


  • Résumé

    Due to its highly transversal dimension, the contemporary paradigm of the Anthropocene forces us to profoundly rethink the mapping of knowledge domains. Then, how to reconsider the interstitial spaces between ecology and writing, at an age when the human influence has become the most powerful geophysical force on the planet? By focusing mainly on the Taiwanese contemporary writer Wu Ming-yi 吳明益 (1971-), this thesis addresses these interactions through three lenses: 1) writing and observation of the natural environment; 2) writing and environmental 2 activism and 3) writing and the literary imagination of alternative relational becomings. This thesis offers an ecocritical reading of Wu Ming-yi’s works putting them into perspective with other texts (literary or not) coming from different geographical backgrounds. This study aims at highlighting the way in which Wu’s texts are creating a kind of poetics of Relation in the socio-historical context of Taiwan, in a time when ecological crisis transcend our normative conceptions of the local and the global.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.