L’analyse économique face à l’épuisement des ressources naturelles, de William Stanley Jevons à Harold Hotelling (1865-1931) : Le cas des énergies fossiles

par Antoine Missemer

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Nicolas Chaigneau et de Pascal Bridel.

Le président du jury était Valérie Boivert.

Le jury était composé de Pascal Bridel, Jérôme Blanc, Roger Guesnerie.

Les rapporteurs étaient Muriel Dal-Pont Legrand.


  • Résumé

    L’épuisement des énergies fossiles est un thème d’actualité dont les prémices datent, selon l’opinion courante, des années 1970 et du premier choc pétrolier. En réalité, c’est une préoccupation plus ancienne, intimement liée à l’ère industrielle. Dans la deuxième partie du XIXème siècle, les économistes se sont penchés sur la question de l'épuisement des minerais, ‘objet non identifié’ jusqu'alors et nécessitant la mise sur pied de nouveaux outils d'analyse (effet-rebond chez Jevons, rente minière chez Marshall-Einaudi notamment). Avec le progrès des techniques et l'apparition de nouvelles énergies (pétrole, hydro-électricité), leurs craintes de déclin industriel se sont progressivement dissipées dans les années 1910 et 1920. Mais ces évolutions tenant à l’histoire des faits ne sont pas les seules à considérer. Des facteurs internes à la discipline économique, comme l'émergence du marginalisme dans les années 1870 et de la théorie de l'épargne et du capital dans les années 1890, ont aussi changé le regard des économistes sur la question de l'épuisement des ressources. Pourquoi ? Comment ? Quels enseignements peut-on en tirer pour les défis environnementaux d'aujourd'hui ? Voilà les questions qui sont traitées dans ce travail de thèse.

  • Titre traduit

    Economic Analysis and Natural Resources Depletion, from William Stanley Jevons to Harold Hotelling (1865-1931) : The case of fossil fuels


  • Résumé

    Fossil fuels exhaustion is a current topic. It is often said that its first presages appeared in the 1970s with the first oil shock. Actually, this exhaustion fear is much older than that, it started with the Industrial Revolution and kept going since then. In the second part of the 19th century, some economists focused their attention on the mineral resources depletion, which was at the time an ‘unknown item’ that necessitated the creation of new concepts and new analytical tools to deal with (for example Jevons’ rebound-effect, Marshall-Einaudi’s mining rent). In the 1910s and 1920s, thanks to technical progress and the development of new energies (oil, hydro-electricity), their fears about industrial decline progressively dissipated. Yet, these factual evolutions are not the only ones to consider. Internal factors, inside economic science (marginalism in the 1870s, capital theory in the 1890s), also shaped economists’ viewpoint on resources exhaustion. Why? How? What lessons can we get from this period for our current environmental challenges? These are the questions that are studied in this thesis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.