Histoires d’espaces : œuvres romanesques et poétiques de Tahar Djaout

par Mohammed Yefsah

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Bruno Gelas.

Soutenue le 15-12-2014

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Rahmouna Mehadji.

Le jury était composé de Michel P. Schmitt.

Les rapporteurs étaient Hadj Miliani.


  • Résumé

    Tahar Djaout, assassiné en 1993, est intimement rattaché à la tragédie algérienne de la fin du siècle dernier et est l'un des écrivains les plus célébrés dans son pays pour son martyr. Les nombreux témoignages biographiques sur cet écrivain, poète, nouvelliste et journaliste, ont conduit à réduire et politiser son œuvre littéraire. Pour montrer la richesse de sa création artistique, cette étude se propose d'explorer l'imaginaire et les topographies de ses œuvres, romanesques et poétiques, ainsi que le rapport qu'elles tissent entre l'espace citadin et l'espace rural, point nodal et complexe de l'identité algérienne et de l'auteur. Au lieu d'une binarité rigide qui régirait le rapport ruralité-citadinité, Histoires d'espaces se propose d'interroger les systèmes de valeur qui en organisent la signification dans l’œuvre en s'arrêtant sur les configurations spatiales et leurs variations, mais aussi en analysant les temporalités respectives de la diégèse et de l'énonciation. Les différentes configurations des temporalités et des espaces avec leurs variations ne sont pas sans éclairer l'imaginaire et la place de la culture orale dans la production littéraire de Djaout et révéler ainsi un point de vue constitutif de sa vision esthétique. Sur un autre plan, son œuvre est traversée par la relation qu'entretient le roman moderne, quels que soient le champ littéraire et l'époque, avec l'imaginaire rural dans un monde en transformation depuis la révolution industrielle. La mythologie urbaine de la modernité du roman est alors remise en cause pour laisser apparaître « le spectre » de l'imaginaire rural qui la hante, là où ne l'on attend pas.

  • Titre traduit

    Spaces stories : romantic and poetic works of Tahar Djaout


  • Résumé

    Assassinated in 1993, Tahar Djaout is intimately linked to the Algerian tragedy of the end of last century and is one of the most celebrated writers in his country for his martyrdom. A writer, poet, short story writer and journalist, Tahar Djaout’s many biographical accounts led to mitigating and politicizing his literary work. In order to show the richness of his artistic creation, this study intends to explore the imaginary and the topographies of his works, fiction and poetry as well as the report they weave between the urban area and the rural area, the complex and nodal point of Algerian identity and the identity of the author himself. Instead of a rigid pairing that would determine the rurality-urbanity relation, Spaces Stories intends to examine the value systems that organize its meaning in the literary work not only by emphasizing the spacial configurations and their variations, but also by analyzing the respective temporalities of diegesis and enunciation. The various configurations of temporalities and spaces with their variations in Djaout’s literary production illuminate the popular imagination as well as the oral culture ; in this way, revealing his aesthetic vision’s constituent viewpoint. On another side, his work is spanned by the relation that the modern novel maintains – whatever the era and literary field – with rural imaginary in an ever-changing world since the industrial revolution. The urban mythology of modernity in the novel is then questioned to reveal ‘the specter’ of the rural imagination that haunts it where we least expect it.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.