Le métier de notaire en Europe méridionale à la fin du Moyen Âge : Étude comparée de deux modèles régionaux (Italie communale, pays catalans, v. 1280-1420)

par Matthieu Allingri

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Louis Gaulin.

Le président du jury était Jacques Chiffoleau.

Le jury était composé de Antoni Furió, Massimo Vallerani, Cécile Caby.


  • Résumé

    Cette thèse vise à cerner au plus près l’activité professionnelle des notaires de l’Europe méridionale à la fin du Moyen Âge, dans la teneur concrète de ses multiples dimensions (actes privés, activité judiciaire, administrative etc.), dans ses fondements culturels, dans son organisation matérielle, dans ses liens avec les structures politiques et juridiques et dans la diversité des fonctions qu’elle a assumées selon les contextes et les sociétés. L’évolution de la profession à partir du XIVe siècle reste en effet largement méconnue, même en Italie où elle a été beaucoup étudiée, mais essentiellement pour les époques antérieures, alors même que les sources deviennent alors bien plus abondantes et précises et permettent de saisir les nuances internes à la profession. L’enjeu novateur de ce travail consiste à mettre en rapport le notariat d’ensembles politiques et culturels qui ont été appréhendés de manière différente par une historiographie régionale très cloisonnée. L’Italie communale et les pays catalans ont vu s’affirmer les deux modèles les plus importants du notariat méridional par leurs traits originaux, relativement homogènes sans mésestimer leurs nuances internes, et par leur vaste emprise territoriale.Il s’agit de mettre en parallèle les caractéristiques du notariat et son évolution dans ces deux ensembles à travers l’examen approfondi de première main d’un vaste échantillon documentaire, centré sur les régions de Sienne et de Gérone, et un élargissement bibliographique à l’échelle des deux ensembles régionaux. Ce travail dépasse la simple juxtaposition de cas en ce qu’il est nourri d’interrogations croisées entre les terrains et les problématiques qu’y soulève l’étude du notariat, éclairant en retour ou mettant en perspective des caractères régionaux. Surtout, au-delà de l’étude d’un groupe professionnel, il vise à situer les inflexions de ses activités vis-à-vis de l’évolution politique, culturelle ou économique plus large des sociétés au cours d’un long XIVe siècle.

  • Titre traduit

    The profession of notary in southern Europe at the end of the Middle Ages : A comparative study of two regional models (communal Italy, Catalan countries, c. 1280-1420)


  • Résumé

    The purpose of this doctoral thesis is to study the professional activity of notaries in southern Europe at the end of the Middle Ages in its multiple dimensions (private acts, judicial, administrative activity, etc.), its cultural foundations, its material organization and its links with political and legal structures, and in the many functions it assumed according to context and society. The evolution of the profession from the 14th century onwards is indeed not well known, even in Italy where it has often been studied, but mainly in earlier periods, even as sources are much more abundant and precise and allow to grasp slight differences within the profession.The innovative purpose of this work is to relate the shapings and functions of the profession of notary indifferent political and cultural unities, in which they have been comprehended in a different manner through a very compartmentalized regional historiography. Communal Italy and Catalan countries saw the emergence of the two most important models of southern notary work, with original features, rather homogeneous, yet with slight differences, and with a large territorial influence. The purpose here is to parallel the characteristics of notary work and its evolution in both regions through a detailed study of first-hand documentation, focusing on the regions of Sienna and Girona, and a bibliographic study on a larger regional scale. This work is much more than a juxtaposition of cases given that it is based on cross-interrogations of fields and problematics brought about by the study of notarial activity, which in return sheds light on regional characteristics. Mostly, beyond the study of a professional group, it aims at situating the slight evolutions of its activities in relation to broader political, cultural and economic evolutions in the course of the 14th century.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 31-12-2017

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.