Sartre, critique des poètes

par Bilel Salem

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Jean-Yves Debreuille.

Soutenue le 07-11-2014

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Guy Lavorel.

Le jury était composé de Mustapha Trabelsi, Jean-Pol Madou.


  • Résumé

    Ma thèse traite d’un aspect de la critique sartrienne : la critique poétique. Elle se présente sous forme de triptyque. En effet, chaque partie traite de la figure d’un poète. Dans les deux premières parties de ma thèse, j’aborde deux poètes du XIXème siècle : Baudelaire et Mallarmé. Les deux livres qui m’ont servi de support pour étudier cette critique poétique sont le Baudelaire de Sartre et Mallarmé, La lucidité et sa face d’ombre. Ces deux essais ont radicalement bouleversé la manière avec laquelle on appréhendait jusqu’à là la figure de ces deux poètes. Si le XIXème siècle en a fait des monstres sacrés qui ont apporté la nouveauté dans le genre poétique, Sartre quant à lui, sape certaines idées reçues. Baudelaire est le premier à qui il s’attaque en dénonçant son désengagement. Il critique son dandysme outrancier qui en a fait selon lui un poète stérile. Cet essai est aussi l’occasion pour Sartre d’exposer sa théorie de l’existentialisme et de montrer que l’Engagement et la Littérature vont de pair et illustrent la liberté de l’Homme. Dans la seconde partie qui traite de Mallarmé, la lucidité et sa face d’ombre, la critique poétique se mêle à la critique historique. Sartre commence par brosser un tableau de la société du XIXème siècle en mettant l’accent sur le désœuvrement de ce siècle. Mallarmé semble comme Baudelaire illustrer une certaine forme de désengagement. Pourtant Sartre semble omettre un élément essentiel, c’est que ces poètes de la deuxième moitié du XIXème siècle font partie de ce que l’on appelle « Les Héritiers de l’athéisme ». Mallarmé dévoile l’absence d’un Dieu en caressant l’idée du suicide. Celui-ci apparaît dans ses poèmes puisque le poète expérimente sa propre mort comme pour réaffirmer l’absence de Dieu. En conséquence, il existe une liberté inhérente à ces deux poètes que sont Baudelaire et Mallarmé, mais cette liberté est bien différente de la liberté sartrienne qui se conçoit comme un absolu. Enfin dans la troisième partie de la thèse, c’est Genet qui est à l’honneur. Sartre manifeste là toute son admiration pour ce génie créateur qui a su assumer pleinement ses choix et qui n’a cessé de revendiquer la singularité de son être. La conception que se fait Genet de l’existence se situe aux antipodes de l’attitude baudelairienne. Chez Genet, la poésie s’est imposée comme un acte libérateur. Sartre n’hésite pas à comparer parfois indirectement les poètes. En effet, à ses yeux Baudelaire ne s’est aucunement illustré dans le mal. Genet, lui, par contre a fait de ce mal une véritable splendeur. Il l’a célébré et a fini par l’incarner. En abordant la destinée singulière de trois poètes, Sartre illustre en même temps sa propre philosophie existentielle. Il démontre l’absence d’un Inconscient qui expliquerait toutes nos actions et réaffirme la liberté absolue de l’Homme.

  • Titre traduit

    Sartre, The critic of poets


  • Résumé

    My thesis deals with one aspect of Sartre's critic: the poetic criticism. It has three major parts. The first and the second parts of my thesis discuss two poets of the nineteenth century: Baudelaire and Mallarmé.Baudelaire and Mallarmé, La lucidité et sa face d’ombre represent two principals books which have been support my study. Both essays play a great role to change the way in which we thought about them before Sartre’s studies.The nineteenth century has made Baudelaire and Mallarmé as two most important poets, however Sartre brought innovation and tried to broke our popular belief. In the first part, Sartre has been denouncing Baudelaire’s disengagement.In the second part which deals with Mallarmé, la lucidité et sa face d’ombre,, Sartre describe the poets of second half of the nineteenth century as “The heirs of Atheism” . As a result, Sartre creates a new notion of freedom which is totally different from those of Mallarmé and Baudelaire. Finally, in the third part Sartre chose to express his admiration for Genet because he assumed his responsibility for his choice of being. Genet’s conception of existence is contradicted with that of Baudelaire.To crown it all, Sartre show his existential philosophy throughout these three poets of XIX and XX centuries. In relation to Sartre there is no Unconscious that would explain our actions. Consequently, he confirms the absolute freedom of Man.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.