Les têtes d’expression du peintre Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)

par Yuriko Jackall

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Philippe Bordes.

Le président du jury était Patrick Michel.

Le jury était composé de Martial Guédron, Jacqueline Lichtenstein, Christophe Leribault.


  • Résumé

    Cette thèse se penche sur les têtes isolées et expressives du peintre Jean-Baptiste Greuze. Nous avançons que celui qui était désigné à la fois « peintre de nature » et « peintre d’expression », était contraint de concilier la qualité éphémère propre à la notion de la représentation de la nature avec la représentation de l’expression, cette dernière servant de vecteur narratif dans la peinture d’histoire. Se concentrant, en réponse à cette tension, sur ses têtes, il organisa ses grandes productions autour de la représentation des têtes de ses protagonistes et alla même jusqu’à les isoler littéralement en faisant ainsi des têtes peintes détachées de tout contexte déterminé. Il réussit à conférer une véritable indépendance à celles-ci : il insista sur leur aspect matériel, il en multiplia les versions et les fit dialoguer avec ses grandes compositions. Ces pratiques correspondaient à une volonté de faire de la tête expressive un emblème qui, à lui seul, visait à résumer toute une histoire. Ses têtes féminines ont particulièrement retenu notre attention. D’une part, elles constituent la partie de l’œuvre de Greuze qui demeure la moins bien comprise et exige donc une étude et, d’autre part, elles portent en quelque sorte les expériences expressives de Greuze à leur summum : en raison des émotions douces et particulièrement propices à l’interprétation qu’elles représentent, ce sont les têtes féminines qui s’insèrent dans de nombreux récits picturaux et ce, au gré de l’imagination du spectateur. Nous montrons également, en étudiant la dernière partie de la carrière de Greuze et en établissant la pérennité de sa réputation au début du XIXème siècle, qu’il y a tout lieu de croire que son apport dans le domaine de la tête isolée fut marquant et persista après sa mort. Le savoir-faire de Greuze contribua en effet à insuffler à la tête isolée un puissant élan vers son statut d’œuvre autonome, ce qui rendit ce genre accessible à tout un ensemble de collectionneurs dont l’engouement était manifeste ainsi qu’à une nouvelle génération d’artistes qui s’y consacrèrent avec enthousiasme.

  • Titre traduit

    The expressive heads of Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)


  • Résumé

    The thesis examines the painter Jean-Baptiste Greuze’s expressive heads. It argues that the artist, frequently described both as a « painter of nature » and a « painter of expression », found himself expected to reconcile the ephemeral and tangible characteristics expected of genre painting and portraits with the more temporal ones implied by the rendering of expression, a major element in the construction of narrative in academic painting and theory. In response to the inherent tension amongst the identities variously foisted upon him, Greuze concentrated increasingly upon the isolated the human face. Initially, he did this by consistently drawing attention to the protagonists in his multi-figural paintings; later, he went as far as to create small-scale painted depictions of individual heads. Greuze evidently sought to confer these latter works with an independent status and identity, reinforcing their material qualities through his choice of technique and support as well as through the replication and repetition of motifs from one painting to the next. As a result, his isolated heads become shorthand allusions that recall and engage overarching themes throughout his oeuvre. The artist’s female heads, one of the least understood and most denigrated aspects of his production, are of particular interest. The softer emotions that they evoke seem designed to appeal to the spectator’s imagination. Accordingly, it is here that Greuze's artistic experimentation within his head studies comes entirely to the fore. Finally, the thesis examines Greuze’s continuing influence into the early nineteenth century and argues for his role in the creation of a wide-reaching vogue for isolated heads and, on a more fundamental level, his lasting impact on shaping a changing discourse around the notion of expression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.