Tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti : Des traumatismes à la résilience

par Jude Mary Cenat

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Daniel Derivois.

Le président du jury était Marie Anaut.

Le jury était composé de Bernard Chouvier, Yves Lecomte.

Les rapporteurs étaient Thierry Baubet, Yoram Mouchenik.


  • Résumé

    Ce travail financé par l’Agence Nationale de Recherche (Projet ANR-10-HAIT-002 RECREAHVI : Résilience et Processus Créateur chez les Enfants et les Adolescents Haïtiens Victimes de Catastrophes Naturelles), porte sur les traumatismes et aménagements psychiques du peuple haïtien pour se reconstruire suite au séisme de janvier 2010 qui a ravagé plusieurs villes du pays et tué environ 2,5% de la population.Des études réalisées auprès des survivants suite à des évènements similaires dans d’autres pays ont montré d’importants effets traumatiques sur les populations. D’autres études ont aussi montré que les personnes touchées par des catastrophes (naturelles) ne présentent pas toutes des traumatismes et qu’au contraire, certaines arrivent à trouver les ressources nécessaires pour se reconstruire. La présente recherche avait pour objectifs d’étudier les conséquences traumatiques du séisme dans la population haïtienne et les stratégies qu’elle met en place pour y faire face et se reconstruire. Elle s’est basée sur une approche complémentariste articulant non seulement théories psychodynamiques des traumatismes et le modèle du Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT), mais aussi méthodes quantitatives et qualitatives, tout en tenant compte des particularités culturelles de l’expression traumatique et de la résilience.Un groupe de 872 enfants et adolescents (dont 56,30% de filles) avec un âge moyen de 14,91 (ET = 1,94) et 1355 adultes (dont 48,71% de femmes) avec un âge moyen de 31,57 années (ET = 14,42) ont été évalués à l’aide de questionnaires concernant les évènements de vie marquants, l’exposition traumatique, les symptômes de la détresse péritraumatique, du TSPT, de la dépression, le soutien social et la résilience. Des données qualitatives ont ensuite été recueillies à l’aide d’entretiens cliniques et de méthodes projectives (Rorschach et D10) auprès d’une vingtaine de sujets. Six études de cas choisis pour leurs particularités (amputation, dynamique du transfert et du contre-transfert) sont présentées dans ce travail.Deux ans et demi après le séisme, les résultats montrent des taux de prévalence élevés des symptômes du TSPT et de la dépression (respectivement 36,96% et 46,21% chez le groupe enfant/adolescent et 36,75% et 25,98% chez les adultes). Ils montrent également que le jeune âge, l’âge avancé, le sexe féminin, le chômage, le bas niveau d’éducation et les difficultés économiques sont les principaux facteurs de risque. Le degré d’exposition et la détresse péritraumatique sont les principaux facteurs prédicteurs des symptômes du TSPT et de la dépression. Les résultats de la phase clinique mettent particulièrement en évidence l’emboitement de traumatismes psychiques multiples qui s’expriment à travers des codes culturels, aux niveaux individuel, familial, communautaire et social.Cependant les résultats indiquent également que comparativement à d’autres pays ayant vécu des séismes similaires comme le Japon et la Chine, les enfants, adolescents et adultes haïtiens font preuve d’un niveau de résilience plus élevé à l’échelle de Resilience Scale traduite, validée et publiée en créole haïtien. Le soutien social étant le meilleur facteur prédicteur de la résilience, il a été observé que les survivants s’appuient sur un ensemble de tuteurs de résilience interconnectés comme la famille, l’école, les institutions religieuses et les réseaux associatifs entre autres pour se reconstruire. Tout en mettant en perspective un modèle baptisé « L’arbre de la construction de la résilience », l’ensemble des résultats montre la nécessité d’un accompagnement de la population avec la culture comme levier thérapeutique.

  • Titre traduit

    Earthquake of January 12, 2010 in Haiti : Trauma to resilience


  • Résumé

    This study financed by the National Research Agency of France (Project ANR-10-HAIT-002 RECREAHVI : Resilience and Creator Process among Haitian Children and Adolescents Victims of Natural Disasters), explores trauma and psychic adjustments of Haitian people in order to recover themselves after the earthquake of January 2010 which devastated several cities and killed about 2.5% of population.Studies carried out among survivors following similar events in other countries have shown significant traumatic effects on populations. Other studies have also shown that not all people affected by natural disasters experience trauma. Moreover, some people are able to find the necessary resources to recover themselves. This research aimed to study the traumatic consequences of the earthquake of Haitian population and the strategies it establishes to cope and recover itself. It is based on complementarist approach involving not only psychodynamic theories of trauma and model of Post Traumatic Stress Disorder (PTSD), but also quantitative and qualitative methods, taking into consideration the cultural characteristics of the traumatic expression and resilience.A group of 872 children and adolescents (out of which 56.30% girls) with average age of 14.91 (SD = 1.94) and 1,355 adults (out of which 48.71% of women) with average age of 31, 57 (SD = 14.42) were evaluated using questionnaires about traumatic life events, traumatic exposure, symptoms of peritraumatic distress, PTSD, depression, social support and resilience. Qualitative data were then collected using clinical interviews and projective methods (Rorschach and D10) on about twenty subjects. Six case studies chosen for their specificities (amputation, transferential and countertransferential dynamic) are presented in this work.Two and a half years after the earthquake, the results show high prevalence of PTSD and depression symptoms (respectively 36.96% and 46.21% for child / adolescent group and 36.75% and 25.98 % for adults). Similarly, they show that young age, advanced age, female gender, unemployment, low education level and economic difficulties are the main risk factors. The degree of traumatic exposure and peritraumatic distress factors are the major predictors of PTSD symptoms and depression. The results of the clinical phase particularly emphasize the entanglement of multiple psychic trauma which are expressed through cultural codes at individual, family, community and social levelsHowever, the results also indicate that compared to other countries which had similar earthquakes such as Japan and China, Haitian children, adolescents and adults demonstrate a higher level of resilience on the Resilience Scale translated, validated and published in Haitian Creole. Given that social support is the best predictor factor of resilience, it was observed that the survivors are based on a set of interconnected resilience tutors such as family, school, religious institutions and associative networks to recover themselves.While putting in perspective a model called "The Tree of resilience construction", all the results show the need of psychological support for the population with the culture as a therapeutic leverage.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.