Les mythes dans l'oeuvre romanesque de Manuel De Lope

par Muriel Chandanson

Thèse de doctorat en Etudes ibériques et méditerranéennes

Sous la direction de Philippe Merlo.

Soutenue le 20-03-2014

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Geneviève Champeau.

Le jury était composé de Jacques Soubeyroux, Miguel Nieto Nuño.

Les rapporteurs étaient Anne Paoli.


  • Résumé

    Cette thèse présente une étude mythocritique de la production romanesque de Manuel de Lope [1949] postérieure à son retour en Espagne en 1993 et jusqu’à aujourd’hui : El libro de piel de tiburón (Alfaguara,1995); Bella en las tinieblas (Alfaguara,1997), (Suma de Letras, 2000), (RBA, 2010) ; Las perlas peregrinas (Espasa-Calpe,1998), (RBA, 2007) ;
 La sangre ajena (Editorial Debate, 2000); Otras islas (RBA, 2008). En effet, un séjour de vingt-cinq ans hors d’Espagne lui a permis d’exercer un regard extérieur et fécond sur son propre pays où désormais, il vit et écrit. Son œuvre romanesque recourt aux mythes antiques pour développer les thématiques essentielles dans l’Espagne de ce début de XXI ème siècle que sont la mémoire et l’oubli face à l’Histoire, la quête identitaire à travers les mythes du labyrinthe, du caïnisme, de Dionysos, de Saturne et de Chronos. Tous ces mythes s’organisent autour d’un mythe dominant, celui de Chronos, grâce à une image phare qui éclaire l’identité collective espagnole, image déjà présente dans l’ œuvre goyesque : celle de Saturne dévorant ses fils.

  • Titre traduit

    A mythocritical analysis of the novels of Manuel de Lope.


  • Résumé

    This thesis presents a mythocritical analysis of the novels written by Manuel de Lope (born in 1949) from 1993, when he returned home to Spain, until nowadays: El libro de piel de tiburón (Alfaguara,1995); Bella en las tinieblas (Alfaguara,1997), (Suma de Letras, 2000), (RBA, 2010) ; Las perlas peregrinas (Espasa-Calpe,1998), (RBA, 2007) ;
 La sangre ajena (Editorial Debate, 2000); Otras islas (RBA, 2008). As he had stayed away from Spain for twenty-five years, he was able to look with an external and creative perspective at his own country where he is now living and writing. In his fiction he resorts to ancient myths in order to develop the themes which are essential in the Spain of the early 21st century: memory and obliviousness as regards history as well as the search for identity through the myths of the Labyrinth, cainism, Dionysus, Saturn and Chronos. In Manuel de Lope's work, all these myths are structured around a dominant myth - that of Chronos- thanks to a highly influential image which sheds light on Spanish cultural identity, an image which was already present in Goya's work: Saturn devouring his sons.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.