L'exploitation minière dans la région du Haut-Ogooué (Gabon) : contribution à l'étude des impacts environnementaux

par Jean-Kevin Aimé Tsiba

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Michel Deshaies.

Le président du jury était Jean-Pierre Husson.

Les rapporteurs étaient François Bart, Guy Baudelle.


  • Résumé

    Cette thèse traite des conséquences de l’exploitation du manganèse et de l’uranium sur l’environnement au Gabon, principalement dans la région du Haut-Ogooué. S’agissant du manganèse, exploité à Moanda par la société Comilog, alors filiale du groupe français ERAMET, son extraction entraine d’un côté la métamorphose du paysage et de l’autre côté la pollution physique voire chimique des écosystèmes adjacents. À propos de l’uranium, cette ancienne exploitation de Comuf, filiale du groupe Areva (hérité de COGEMA), est à l’origine d’un passif environnemental qui compose avec la présence anormalement élevée de la radioactivité et la transformation du paysage originel. En fin de compte, ces deux activités révèlent la dualité société/nature au bout de laquelle la nature se transforme désormais rapidement au rythme des activités anthropiques sans cesse croissantes. Elles exposent l’homme aux risques anthropiques dont les conséquences peuvent être fatales. Par conséquent, la crise environnementale née de ces deux minières a suscité les mouvements d’humeurs au sein de la population locale et de la société civile qui accusent l’État Gabonais et les deux protagonistes d’un manque de sérieux de réactivité face au danger qui prévaut dans la région. Au regard de la qualité de vie à Moanda, ville de manganèse et à Mounana, ville d’uranium, il a été question, au bout de ce travail, d’apporter quelques propositions dans l’optique d’un développement durable. On peut citer entre autre la création des structures étatiques telles que la « police des mines » ; des laboratoires d’analyses des données environnementales ; etc.

  • Titre traduit

    The mining in the region of Haut-Ogooué (Gabon) : contribution to the study of environmental impacts


  • Résumé

    This dissertation is about the consequences of manganese and uranium mining on the environment in Gabon, especially in the Haut-Ogooué province. The extraction of manganese in Moanda, conducted by the Comilog company (a subsidiary of the French ERAMET), has both radically altered the landscape and caused chemical pollution in the local ecosystems. The extraction of uranium, formerly conducted by Comuf (a subsidiary of Areva, then known as COGEMA) has caused severe environmental damage, both in terms of abnormally high radioactivity and landscape alteration. In both cases, the confrontation of nature and society has seen an ever increasingly rapid transformation of nature due to the growth of human activity. Such manmade hazards have potentially fatal consequences. The environmental crisis created by the two mining projects has caused anger in the local population and the civil society at large, with people blaming the government and the companies concerned for not handling the hazards in the area responsibly enough or soon enough. This dissertation suggests several avenues to improve the local quality of life in Moanda (manganese mining) and Mounana (uranium mining) in the perspective of sustainable development. Those suggestions include the creation of public structures such as the “mine police” and of analysis laboratories in charge of environmental data.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.