La communication interculturelle dans le cadre de la promotion de l'immigration des ressortissants français au Québec

par Sophie-Hélène Goulet

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Sylvie Thiéblemont-Dollet.

Soutenue le 09-12-2014

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Médiations (Metz) (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Hamman.

Le jury était composé de Laurence Denooz.

Les rapporteurs étaient Christoph Vatter.


  • Résumé

    Chaque année, depuis le début des années 2000, environ 3 500 Français s’établissent au Québec, sous couvert d’un visa de résident permanent. Les Français sont des immigrants de choix pour cette province, car en effet, leurs revenus d’emplois sont supérieurs à la moyenne nationale et ils bénéficient également, depuis 2008, d’une meilleure reconnaissance de leurs diplômes acquis dans l’Hexagone. Les Français et les Québécois ont des racines communes, des affinités culturelles, partagent aussi une même langue. Les candidats à l’immigration français, semblent, a priori, rassembler toutes les conditions pour s’installer et s’intégrer de manière pérenne au sein de la Belle Province. Toutefois, le phénomène étudié, à savoir le retour en France des immigrants français, n’est pas si nouveau En effet, en 2013, selon le Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, la France occupe le premier rang de pays de naissance des nouveaux immigrants (immigration économique) au niveau des admissions. Néanmoins, les Français sont également les immigrants les plus nombreux à repartir en France ou à poursuivre leur périple migratoire. La communication et les relations interculturelles, en phase prémigratoire, peuvent conditionner les futurs immigrants à s’installer de manière provisoire ou permanente. La construction progressive de l’image de la terre promise et l’imaginaire migratoire, déterminent aussi la réussite, ou l’échec, de l’immigration

  • Titre traduit

    Intercultural Communication Within the Context of Promoting the Immigration of French Citizens in Quebec


  • Résumé

    Every year since the early 2000s, about 3,500 French citizens settled in Quebec under a permanent resident visa. The French citizens are immigrants of choice for Quebec, since their income revenues are in fact higher than the national average income, and they also benefit, since 2008, from a greater recognition of their diplomas obtained in France. In fact, French candidates seem to gather all the conditions to settle and integrate in a sustainable manner in the “Belle Province”. However, the studied phenomenon - namely the return in France of the French immigrants - is not so new. Indeed, in 2013 according to the Ministry of Immigration and Cultural Communities, France is the leading country of birth for recent immigrants (economical sector) in admissions. Nevertheless, French immigrants are also the most likely to return to France or to continue on their migration route. The communication and intercultural relations during the pre-migratory phase can influence the future immigrants to either settle temporarily or permanently. But how can this intercultural communication influence future immigrants about their desire to migrate, prepare their migration plans, and their integration? What may be the influence of this intercultural communication within the integration process and the development of a sense of belonging towards the host society? The progressive construction of the Promised Land and the migration imaginary also determine either the success or failure of immigration


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.