La traduction de la métaphore en poésie : ses difficultés et son évaluation

par Sara Ben Larbi

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Guy Achard-Bayle.

Soutenue le 04-12-2014

à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Médiations (Metz) (laboratoire) .

Le président du jury était Maryvonne Hutchins-Boisseau.


  • Résumé

    Nous entreprenons la traduction de la métaphore procédant à l’analyse d’un corpus à trois codes linguistiques l’anglais, l’arabe et le français, différents par leur système et leur usage linguistique. Dans quelle mesure la métaphore a-t-elle été traduite sans être défigurée ? Nous avons analysé la métaphore dans une étude comparée de l’anglais au français du poète Thomas Stearns Eliot vers Pierre Leyris dans La Terre vaine, Mercredi des cendres, et de l’arabe au français du poète Mahmoud Darwich vers le traducteur Elias Sanbar dans Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ? Ne t’excuse pas et Comme des Fleurs d’amandier ou plus loin. Toutefois, notre thèse s’articule autour de trois parties : la première repense la métaphore en évaluant ses définitions en langue, en grammaire traditionnelle, en rhétorique et en définissant ses caractéristiques en linguistique, la deuxième, afin de pallier les difficultés de traduire la métaphore en poésie, nous avons posé le postulat de reclasser les six types de métaphores en deux : commune et particulière, la troisième aboutit aux stratégies. Traduire la métaphore est interrogé à l’aune de la linguistique contrastive et de traduction: l’échantillon, composé de 30 obstacles, montre que les traducteurs Leyris et Sanbar partagent les mêmes problèmes : l’ordre lexico-sémantique, le lexique inapproprié ou la création d’une nouvelle unité lexicale et l’approche de traduction de la métaphore prouve que les traducteurs recourent à trois stratégies : la traduction par un même référent, par un différent référent et la conversion. Lançons la question cruciale : la métaphore commune traduisible de l’anglais au français serait-elle modélisable ?

  • Titre traduit

    Metaphor Translation poetry : its difficulties and evaluation


  • Résumé

    We undertake to study the metaphor translation carrying out corpora in three linguistics codes: English, Arabic and French different by their system and their linguistic use. To what extent the metaphor has it been translated without being disfigured? We analyse in a comparative study the metaphors translated from English into French of the poet Thomas Stearns Eliot by Pierre Leyris in The Waste Land, Ash Wednesday, and Ariel Poems putting the verse in the standard English. We also study Mahmoud Darwich metaphors translated From Arabic into French by Elias Sanbar in three poetry books: Why do you let the horse to loneliness? Don’t apologize and as an almond tree flowers or farther. However, our thesis is divided into three chapters: firstly, we rethink the metaphor by evaluating its definitions in language, traditional grammar, rhetoric and it redefines the metaphor features linguistically. Secondly, in order to solve the difficulties metaphor translation in poetry, we postulate reclassifying six metaphor rhetoric variations in two sets: common metaphor and particular one. Thirdly, it postulates many kinds of metaphor translation strategies. Translate the metaphor can be asked in the contrastive linguistic and traductological perspective explaining the translator difficulties. The sample, composed of 30 difficulties, shows that the translators Leyris and Sanbar share the same problems: the lexicon and semantic order, the lexicon inappropriate or the creation of a new lexical unit and the translation approach of the metaphor proves that the translators highlight three strategies: the translation by the same reference, the different reference and the conversion. In order to achieve the results, we ask this following question: common metaphor translation from English into French, would it be modeled?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.