Caractérisation et potentiel des fibroblastes endoneuraux

par Laurence Richard

Thèse de doctorat en Médecine. Neurosciences

Sous la direction de Jean-Michel Vallat et de Benoît Funalot.

Soutenue en 2014

à Limoges .


  • Résumé

    Les fibroblastes endoneuraux (FE) constituent l'une des populations cellulaires du système nerveux périphérique. Concernant leur origine embryologique, diverses hypothèses ont été proposées notamment qu'ils puissent dériver de cellules souches de la crête neurale, ce qui ets confirmé par nos données. Nous avons réalisé une étude histologique et cytologique des FE chez l'homme et le rat. Celle-ci montre que tous les FE expriment CD34, NG2 et prolyl-4-hydroxylase-béta. En outre, la moitié des FE expriment PDGFR-β et certains expriment également la nestine. La réalisation de lésions expérimentales des nerfs sciatiques par écrasement chez le rat a pour effet une augmentation transitoire du nombre de FE exprimant la nestine. Ces profils d'expression suggèrent qu'une partie des FE mis en culture peuvent former des "sphères" lorsqu'ils sont cultivés en milieu approprié. Les cellules de ces sphères ont des capacités d'auto-renouvellement et de différenciation. Elles expriment les marqueurs de cellules souches embryonnaires Oct-4 et Sox2. Afin de caractériser le potentiel de différenciation de ces cellules, les sphères dérivées de FE ont été mises en culture sur un substrat dans des conditions variables. Après 7 jours, les cellules expriment des marqueurs de neurones (Tuj1), et de cellules de Schwann (GFAP, S100 et nestine). Après 14 jours, une majorité de cellules expriment des marqueurs neuronaux (Tuj1, Olig2, NF, Périphérine) et après 3 semaines, certains neurones (environ 25%) expriment les marqueurs de moto-neurones ChAT et HB9. Nous avons enfin réalisé une étude préliminaire à partir de fibroblastes endoneuraux de rat GFP-positifs issus d'explants de nerfs sciatiques, qui ont été transplantés dans un nerf après une lésion par compression du nerf ou une lésion de démyélinisation chimique. On observe un co-marquage de CD34 et NG2 et de la plupart des cellules GFP transplantées, et de PDGFR-β et d'envrion la moitié des cellules GFP transplantées. La transplantation des FE et leur capacité à s'adapter dans leur environnement suggèrent qu'elles pourraient avoir certaines caractéristiques de cellules souches. L'ensemble de nos résultats suggèrent qu'une partie au moins des FE pourraient être des cellules progénitrices endoneurales.

  • Titre traduit

    Characterization and potential of endoneurial fibroblasts


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (126 f.)
  • Annexes : 169 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Santé). Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM2014310C
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.