Communication verbale et non verbale dans la maladie d'Alzheimer : une atteinte globale ou différenciée ?

par Angela Di Pastena

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Françoise Askevis-Leherpeux et de Loris Schiaratura.


  • Résumé

    Les déficits progressifs et inexorables des capacités de communication verbale chez les patients Alzheimer bouleversent leurs interactions avec autrui et entravent leur qualité de vie ainsi que celle de leur entourage. La question centrale de cette thèse est d’envisager si l’incapacité chronique des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer à utiliser le langage articulé s’accompagne d’une détérioration du registre gestuel. Pour répondre à cette question, nous avons utilisé une tâche d’interaction sociale engagée à partir d’un matériel pictural. Cette situation se veut refléter le plus écologiquement possible des situations de communication au quotidien. Globalement, on observe que, si la production verbale des patients Alzheimer est déficitaire, leur production de gestes liés au discours n’est pas atteinte. Les résultats vont dans le sens d’une atteinte différenciée des capacités de communication verbales et gestuelles des patients et penchent en faveur de l’existence de deux systèmes de communication parallèles pouvant interagir entre eux à différents moments de l’élaboration du message. De surcroît, les résultats suggèrent que les patients présentant un niveau très sévère de la pathologie peuvent compenser l’atteinte lexicale par l’augmentation de la production de gestes déictiques, qui permettraient de rendre visible le référent verbal. Des perspectives fondamentales comme cliniques peuvent être envisagées afin que les gestes liés au discours et plus généralement la communication non verbale puissent constituer un levier thérapeutique dans la prise en soin des patients atteints d’une maladie d’Alzheimer et de leur entourage.

  • Titre traduit

    Verbal and non-verbal communication in Alzheimer's disease : global or differentiated deficiency ?


  • Résumé

    Progressive and inexorable deficits in verbal communication skills in Alzheimer's patients disrupt their relationship with others, impinge their quality of life and that of their caregivers. This thesis aimed at considering whether, in cases of chronic deficits such as Alzheimer's disease, the impaired use of spoken language in these patients went hand in hand with an impaired production of co-verbal gestures. To inquire about this issue, we used a social interaction task, using pictorial material in order to reflect, in an ecological way, everyday life communication situations. Overall, we observed that if the verbal production of Alzheimer's patients is deficient, production of gestures related to speech is not impaired. The results are consistent with a differentiated impairment of verbal and gestural communication skills in patients and sets ground for investigating the existence of two parallel systems of communication that would interact with each other at different levels of message processing. Moreover, results suggest that patients suffering from severe disease can compensate lexical deficits by increasing their production of deictic gestures, rendering visible the verbal referent. Theoretical and clinical perspectives can be considered so that co-verbal gestures and non-verbal communication may constitute a therapeutic lever in the intervention provided to Alzheimer’s patients and their caregivers.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-09-2017


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.