Hume et la mélancolie sceptique : une approche par la dynamique des discours

par Thomas Claisse

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Bernard Joly et de Éléonore Le Jallé.

Le président du jury était Christian Berner.

Le jury était composé de Bernard Joly, Éléonore Le Jallé, Christian Berner, Claude Gautier, Laurent Jaffro, Frédéric Brahami.

Les rapporteurs étaient Claude Gautier, Laurent Jaffro.


  • Résumé

    Le discours mélancolique de Hume, placé au terme du premier livre de son oeuvre de jeunesse, met en danger la philosophie, en tirant les conclusions nécessaires d'une théorie empiriste de la connaissance : si le monde, et même l'existence toute entière, ne sont que des idées produites par l'imagination, la recherche philosophique, qui place la raison en exergue de toutes les facultés humaines, est alors vaine et dénuée de sens. Cependant, Hume, qui n'a que vingt-huit ans lorsqu'il publie les deux premiers livres du traité, vouera sa vie à la philosophie, et ira jusqu'à s'imaginer marchandant avec Charon un peu plus de temps à vivre pour terminer ses recherches et en voir l'accueil du public. Comment un tel dépassement est-il possible, d'une stupeur mélancolique désespérée à cette passion philosophique qui emplira toute une vie ? D'une mise en danger profonde et sérieuse de toute possibilité de science à un travail sans relâche dans les domaines de la métaphysique, de la morale, de la philosophie politique, de la religion, de l'histoire ? Et ce, qui plus est, sur les principes mêmes qui seront la cause de ce danger ? Nous proposons une lecture nouvelle et critique de cette 'fin de la philosophie' et de son dépassement, par le développement, en interaction avec l'objet d'étude lui-même, d'une conception originale de l'histoire de la philosophie. inspirée par l'articulation du discours de Hume et des problèmes qu'il soulève. Nous construirons, en la mettant directement à l'épreuve dans l'analyse des discours qui en sont l'impulsion première, une pratique efficace de l'histoire des idées. Nous tenterons grâce à celle-ci de répondre à cet enjeu final que Hume lance non seulement à la philosophie, mais aussi à toute entreprise humaine de science : à quoi bon penser et philosopher, si tout objet de connaissance n'est que chimère et simulacre d'un monde que nous ne pouvons que supposer, et qui n'existe peut-être même pas ?

  • Titre traduit

    Hume and the sceptical melancholy


  • Résumé

    The melancholic speech of Hume, placed in the term of the first book of its early work, puts in danger the philosophy, by drawing the necessary conclusions of an empiricist theory of the knowledge.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.