La sculpture religieuse du XVIIe siècle dans les limites des départements actuels du Nord et du Pas-de-Calais

par Arnout Albrecht Janssens

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Patrick Michel.

Le président du jury était Yves Pauwels.

Le jury était composé de Patrick Michel, Yves Pauwels, Marion Boudon-Machuel, Geneviève Bresc-Bautier, Pierre-Yves Kairis.

Les rapporteurs étaient Yves Pauwels, Marion Boudon-Machuel.


  • Résumé

    L'hétérogénéité des tendances de la sculpture religieuse du XVIIe siècle dans le Nord-Pas-de-Calais reflète l'étendue et la diversité des régions qui le constituent. Ces départements sont un lieu de rencontre confrontant des oeuvres sculptées d'origine locale, régionale avec d'autres importées à partir d'autres centres des anciens Pays-Bas du Sud, de Paris ou de Picardie. La sculpture de qualité, liée au mobilier d'église, constitue l'essentiel de la production de cette époque et répondait aux orientations imposées par la réforme catholique. La révolution, les guerres ainsi que les changements de goût sont la cause principale de la perte d'une part considérable de ce patrimoine. Adam Lottman à Valenciennes, secondé par Jaspard Marsy à Cambrai s'imposent pour le Nord-Pas-de-Calais comme les meilleurs sculpteurs. Nous disposons d'éléments moins concrets sur d'autres sculpteurs, localement actifs, tels Antoine Liesse, Pierre Schleiff, Guillaume Tabaguet et Thomas Tieullier, pour ne citer que les plus importants. Au travers du siècle, la production régionale fut concurrencée par celle des sculpteurs anversois tels que Jean, Robert et André de Nole, Jacques Cocx ou Artus Quellin dit l'ancien et le jeune. Avec la conquête graduelle et définitive des régions, essentiellement par Louis XIV, s'installe une influence du classicisme français en sculpture, assuré en premier lieu par l'amiénois Nicolas Blasset. Ce n'est qu'à la fin du siècle qu'on retrouve des oeuvres d'autres Sculpteurs du Roi tels que François Girardon ou Jean Drouilly, au moment où les influences vont fusionner pour s'estomper au profit d'un style "français" porté par la puissance politique de la monarchie absolue.

  • Titre traduit

    Religious sculpture in the seventeenth century, limited to the present departments Nord and Pas-de-Calais


  • Résumé

    Heterogeneity of the trends in religious sculpture of the XVIIth century in the Nord-Pas-de-Calaisreflects the extend and diversity of the regions of which these departments are made up. These departments are a meeting area where sculptural works of local and regional origin are facing comparison with imported sculptures from the Southern Low Countries, Paris or even Picardy. High quality sculptures, related to church furnishings, in keeping with the lines of conduct enforced by the Catholic Reform, make up the essential part of the production of that time. The French Revolution, wars and even changes in taste are the main causes of the loss of a considerable part of this cultural heritage. In the Nord-Pas-de-Calais, Adam Lottman at Valenciennes, assisted by Jaspard Marsy at Cambrai, are regarded as the best sculptors. Less concrete data are available on other artists such as Antoine Liesse, Pierre Schleiff, Guillaume Tabaguet and Thomas Tieullier, to mention only the most important ones. Throughout the century, the regional production was facing competition from Antwerp sculptors, such as Jan, Robert and André de Nole, Jacques Cocx or Artus Quellin the Older and the Younger. The gradual and final conquest of the regions, mainly by Louis XIV, established the influence of French classicism in sculpture, materialised primarily by Nicolas Blasset from Amiens. Not until the end of the century, at the time when influences start to merge and finally shrink into a "French" style, stimulated by the political power of the absolute monarchy, do we find worls of other "Royal Sculptors" (Sculpteurs du Roi) such as François Girardon and Jean Drouilly.



Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.