Standardism as government : voluntary carbon certification and the Peruvian cookstove sector

par Arthur Laurent

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Olivier Dabène.

Le président du jury était Guillaume Devin.

Le jury était composé de Olivier Dabène, David Dumoulin Kervran, Paige West, Alain Karsenty, Laurence Tubiana.

Les rapporteurs étaient David Dumoulin Kervran, Paige West.

  • Titre traduit

    Le standardisme comme mode de gouvernance : certification carbone volontaire et secteur péruvien des foyers de cuisson


  • Résumé

    Le marché volontaire du carbone est un mécanisme de marché de compensation d’émissions de gaz à effet de serre pour les entreprises et les particuliers non assujettis à un quota de réduction d’émissions. Jusqu'à présent, il n’a fait l’objet que de peu de recherches académiques. Ce travail s’intéresse à la gouvernance de la chaîne d’acteurs impliqués dans ce marché. Il utilise une approche pluridisciplinaire centrée sur les relations internationales, la science politique appliquée à la compensation et aux standards volontaires environnementaux et s’appuie sur une analyse anthropologique des projets de développement. Il s’agit de répondre à la question: comment les projets de compensation volontaire du carbone sont-ils gouvernés ? L’étude de cas d’un programme de diffusion de foyers améliorés au Pérou se focalise d’abord sur le contexte social et culturel de la cuisson dans les Andes avant d’étudier quatre projets avant financement carbone. Ensuite, le standard utilisé pour certifier ce projet, ainsi que le détaillant des crédits carbone générés par le projet et trois de ses entreprises clientes sont présentés. On peut alors aborder la création, la gestion et les premiers résultats du programme au travers d’une ethnographie de l’entreprise sociale qui en est à l’origine pour comprendre finalement l’influence du projet dans le secteur péruvien. Cette recherche montre un système de gouvernance multi-niveaux et pluri-acteurs majoritairement privée qui agit en grande partie en parallèle de l'État. Ce mode de gouvernance caractérisé par une succession de standards qui tentent de faire coller la réalité à un modèle est appelé standardisme.


  • Résumé

    The voluntary carbon offset market is a market mechanism for offsetting greenhouse gases emissions for organizations and individuals that are not legally committed to reductions. Until now it has not been studied much in academic circles. This dissertation looks at the governance of the chain of actors involved in the mechanism. A pluri-disciplinary approach is used based on international relations, political science of offsets and standards combined with an anthropological analysis of development projects. The central question is thus: how are carbon-offset programs governed? The empirical work is a case study of a new stove (improved cookstoves) diffusion program in Peru under the Gold Standard. The first focus is on the social and cultural context of cooking in the Andes. Then four projects before carbon funding are studied. The standard is the subject of the following section and the retailer of the credits generated by the programme and three different types of clients are then presented. We can then discuss the creation, design and management of the standard through an ethnography of the social business that implements. Finally, the influence of the projects on the sector can be discussed. The chain studied presents a governance system that is multi-level and multi-actors, with mainly private actors that act parallel to the state. This type of governance is characterized by a series of standards that define the model the reality should resemble to and is called standardism.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.