La survie des identités celtiques du XVIIIe siècle à nos jours

par Lauren Anne-Killian Brancaz

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Susanne Berthier-Foglar et de Cairns Craig.

Le président du jury était Pierre Morère.

Le jury était composé de David Leishman.

Les rapporteurs étaient Clotilde Prunier, Gilles Leydier.


  • Résumé

    Lors des trois derniers siècles, comment les Écossais, Irlandais, Gallois, Cornouaillais, Mannois et Bretons sont-ils parvenus à construire leurs identités celtiques ? Au dix-huitième siècle, les régions celtiques et leurs expatriés à Londres et à Paris s’appuyèrent sur la redécouverte de leur héritage celtique pour exprimer leur voix nationale. Les Bretons et les Gallois, puis les Écossais, les Irlandais, les Mannois et les Cornouaillais, se rapprochèrent lors de trois congrès qui identifièrent six langues celtiques apparentées comme essentielles à la survie des cultures celtiques. Elles le sont toujours aujourd’hui. La revitalisation de ces langues a permis aux cultures celtiques de contrecarrer des attaques visant à les éradiquer. Autrefois considérées comme arriérées, les langues celtiques se sont adaptées à l’écriture, à l’imprimerie et au monde moderne. En assurant une continuité entre passé et présent, ces langues forment la mémoire du celtisme. L’héritage celtique de la Galice, lui, a fusionné mémoire et imagination car cette région ne parle plus de langue celtique depuis la conquête romaine de la péninsule ibérique. La celticité qu’elle revendique est à l’origine de son nationalisme face à l’État espagnol. Les six régions celtiques se sont elles aussi inventé une ethnicité celtique car elles utilisent leur nationalisme pour se distinguer de leurs États-hôtes. Le nationalisme a exporté le celtisme au-delà des frontières des régions celtiques. Les identités celtiques écossaises sont issues d’un partenariat entre l’Écosse, lieu de naissance des tartans, des clans et du gaélique écossais, et l’Amérique du Nord, qui a rendu ces aspects mondialement célèbres. Les interprétations diasporiques de la culture celtique écossaise ont ensuite été réintroduites en Écosse, si bien que celtisme d’origine et celtisme diasporique semblent avoir fusionné. Les diasporas celtiques participent à la survie des identités celtiques en élaborant leurs moyens d’expression.

  • Titre traduit

    The survival of Celtic identities from the eighteenth century to the present day


  • Résumé

    How have the Scots, Irish, Welsh, Cornish, Manx and Bretons maintained their Celtic identities over the last three centuries? The Celtic revivals Scotland, Ireland, Brittany and Wales started experiencing in the eighteenth century were not confined to these regions. They were supported by expatriate Celts in London and Paris. The search for a distinct national voice encouraged the Welsh and Bretons, and subsequently the Scots, Irish, Manx and Cornish, to form a pan-Celtic union consolidated by three Celtic congresses. Since the revivals, the Celtic regions have come closer together thanks to the Celtic languages, whose revitalisation has enabled the Celtic cultures to overcome attacks meant to eradicate them. Once regarded as backward, the Celtic tongues have adapted to modernity through the passage to writing and print, and through their extension to new fields. As a bridge between past and present, they form the memory of modern Celticism. Comparatively, Galicia has fused memory and imagination together because it no longer speaks any Celtic language. The Celticity Galicia has fashioned for itself since the mid-nineteenth century has given birth to Galician nationalism, embodied within an autonomous community. Similarly, the six Celtic regions have invented a Celtic ethnicity for themselves, since there is no continuity between the ancient and the modern Celts. The latter have used nationalism to strengthen their distinctiveness from their dominant neighbours. Nationalism has exported Celticism beyond the boundaries of the Celtic regions. Celtic Scottishness results from a partnership between Scotland, the initiator of tartans, clan gatherings and Scottish Gaelic, and North America, which has made these aspects internationally popular. Diasporic versions of Scottish Celtic culture have been introduced into the homeland, so that original and diasporic Celtic Scottishness have blended together. The diaspora Celts give Celtic identities new forms of expression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. Documentation électronique.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Documentation électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.