Histoire de l'énergie solaire en France : science, technologies et patrimoine d'une filière d'avenir

par Sophie Pehlivanian

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Denis Varaschin.

Soutenue le 13-12-2014

à Grenoble , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire Langages, littératures, sociétés, études transfrontalières et internationales (Chambéry) (laboratoire) et de Langages- Littératures- Sociétés / LLS (laboratoire) .

Le président du jury était Benoît Stutz.

Le jury était composé de Yves Bouvier, Jean-Pierre Joly, Pierre Teissier, Denis Guthleben.

Les rapporteurs étaient Christophe Bouneau, Jean-Pierre Williot.


  • Résumé

    Ce travail tente de dresser une histoire de l'énergie solaire par l'étude de ses patrimoines au sein du territoire national. Par patrimoine, on entend aussi bien les ouvrages mobiliers ou immobiliers, que le patrimoine mémoriel des écrits et des témoignages qui étayent l'histoire scientifique, sociale, économique et politique de cette source d'énergie à travers l'histoire d'un pays entier. Le soleil, qui a toujours fasciné les civilisations, constitue une ressource majeure et inépuisable en termes d'énergie. Son exploitation s'oppose, par essence, à celle des énergies fossiles. Cette thèse s'intéresse à la manière dont les technologies de l'énergie solaire ont été promues selon la situation politique du pays, analyse s'appuyant principalement sur l'état des lieux et l'étude du patrimoine qui y est attaché, lui-même étant souvent lié aux avancées scientifiques que connaît le secteur. Les recherches sur la captation des rayons solaires en vue de produire de la chaleur ou de l'électricité ont connu de très graves périodes de crise, déterminantes pour l'avenir de ce qui a parfois été qualifié de filière industrielle au cours du second vingtième siècle. Les chercheurs français ont alors largement contribué à l'avancée des techniques, à l'échelle mondiale. Au cours des années 1970, les orientations de la politique énergétique française contribuent à modifier l'intérêt d'un pays tout entier pour les technologies solaires. De nombreux nouveaux enjeux incarnent alors les applications de l'énergie solaire devenues objet de communication, et cristallisant des oppositions telles que le combat écologiste. Aujourd'hui, la France se situe largement en retrait par rapport aux autres pays. La recherche solaire française de la seconde moitié du XXe siècle, malgré son importance historique, est très peu représentée dans les rencontres internationales et reste parfaitement méconnue. Ce phénomène questionne sur les orientations que les dirigeants français successifs ont imposées à la filière solaire. L'énergie solaire incarnait-elle, en tant que « filière d'avenir », une utopie ? Était-elle relayée, depuis les débuts de son utilisation scientifique, comme solution ayant une possibilité d'application à l'échelle industrielle ? Cette thèse soulève des questionnements sur les diverses périodes d'engouement qui ont permis d'envisager l'énergie solaire comme une réelle solution énergétique, en tentant d'analyser les typologies des patrimoines qui caractérisent cette source d'énergie, tant dans le grand public que dans les milieux scientifiques.

  • Titre traduit

    French history of solar energy : science, technology and heritage of an innovative field


  • Résumé

    This study attempts to give a History of solar energy, through the studying of his Heritage, in France. In this study, Heritage means both movable and immovable objects, the memorial heritage writings and testimony that support the scientific, social, political and economic source of energy through the history of an entire country. The sun, which has always fascinated civilizations, is a major and inexhaustible resource in terms of energy. This thesis focuses on how the technology of solar energy have been promoted according to the political situation of the country. The analysis is mainly based on the inventory and study of the heritage attached to scientific advances. Researches on capturing sunlight to produce heat or electricity have known very serious times of crisis, crucial to the future of what has sometimes been considered, during the second half of the twentieth century, as an industrial sector. French researchers then contributed to the advancement of technology, worldwide. In 1970, the guidelines of the French energy policy contribute to changing the interest of the whole country for solar technologies. Many new challenges for the applications of solar energy, which have become subject of communication and which also crystallize oppositions, such as the environmentalists battle. Today, France is far behind compared to many other occidental countries. The French solar research of the second half of the twentieth century, despite its historical importance, is very poorly represented in international forums and remains unrecognised. This phenomenon questions about directions that successive French leaders have imposed on the solar industry. Does solar energy, as a "sector of the future", is a utopia? Was it relayed, since the beginning of its scientific use, as a possible industrial solution? This thesis raises questions about the various periods of enthusiasm that led to consider solar energy as a real solution, in opposition to the lack of interest that this source of energy has suffered, trying to analyze the typologies of heritage which characterize this source of energy in both the public and the scientific community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.