Maître Eckhart, lecteur d'Origène

par Élisabeth Boncour

Thèse de doctorat en Religions et systèmes de pensée

Sous la direction de Olivier Boulnois.

Le président du jury était Dominique Poirel.


  • Résumé

    Si Maître Eckhart n'est pas un lecteur de la totalité des oeuvres d'Origène disponibles en son temps, un lecteur attentif de son oeuvre latine et allemande ne peut être que frappé par l'affinité philosophique de ces deux auteurs qui se relève dans trois domaines : l'exégèse, l'anthropologie et la divinisation. C'est en prenant appui sur le contenu de l'Écriture qu'Eckhart développe, à la suite d'Origène, une interprétation spirituellede la Bible, et cette conviction philosophique que la sacra pagina est à elle-même une philosophie - la vraie philosophie. C'est encore à Origène qu'il doit sa réflexion sur la permanence et l'inamissibilité de l'image de Dieu en l'homme, qui le constitue, dès sa formation idéelle dans l'intellect paternel, comme Fils de dieu. C'est pourquoi le Verbe peut prendre naissance en l'âme : il y a en l'âme un lieu qui, constitutif de l'humanité véritable, est pensé dans son aptitudeà nous rendre actuellement et dès maintenant fils de Dieu. Chez Origène comme chez Eckhart, il y une même idée centrale : l'Incarnation du Verbe n'est qu'une vue que de notre reconduction à notre véritable essence, celle d'être fils de Dieu.

  • Titre traduit

    Meister Eckhart, Origen reader


  • Résumé

    Even though Meister Eckhart may not have read the entire writings of Origen available in his lifetime, an alert reader of his work in latin and German cannot fail to be struck by the philosophical affinity of these two writers an aspect that can be demonstrated in three areas : exegesis, anthropology and deification. It is by relying on what Scripture says that Eckhart, following in Origen's footsteps, develops a spititual interpretation of the Bible, as well as the philosophical certainty that the sacra pagina is a philosophy in itself - the true philosophy. It is to Origen, furthemore, that he owes his comments on permanence and the impossibility of mankind disposing of the image of God, which establishes him, from the moment of his idealised formation in the paternal intellect, as the Son of God. This is why the Word can take root in the soul : there is a place in the soul which, comprised of true humanity, has the capacity to make us now and henceforth, sons of God. Whith Origen as with Eckhart, there is the same central notion : in the World Flesh depends purely on the renewal of our own true essence, that of being sons of God.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (446 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 419-446. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 14.31
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.