Histoire de la sagesse et philosophie shî‘ite : présentation, traduction et commentaire du livre I du Maḥbûb al-qulûb de Quṭb al-Dîn Ashkevarî

par Mathieu Terrier

Thèse de doctorat en Sciences des religions et systèmes de pensée

Sous la direction de Mohammad Ali Amir-Moezzi.

Soutenue en 2014

à Paris, EPHE , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Laboratoire d’études sur les Monothéismes (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Christian Jambet.

Le jury était composé de Mohammad Ali Amir-Moezzi, Christian Jambet, Rémi Brague, Jean-Baptiste Brenet, Alexandre Papas.

Les rapporteurs étaient Yann Richard, Cristina D'Ancona Costa.


  • Résumé

    Cette étude s’attache à faire découvrir la dernière histoire de la sagesse antique écrite en terre d’islam, dans le contexte particulier de l’Iran safavide shî‘ite au XVIIe siècle : le Maḥbûb al-qulûb de Quṭb al-Dîn Ashkevarî (mort vers 1680), une encyclopédie des sages allant d’Adam à Mîr Dâmâd, philosophe qui fut probablement le maître d’Ashkevarî. Le premier volet de cette histoire porte sur les sages préislamiques et comprend des portraits bio-doxographiques de nombreux philosophe grecs. Les deux volumes suivants portent respectivement sur les savants de l’islam, parmi lesquels des philosophes et des soufis, et sur les autorités du shî‘isme imâmite, à commencer par les douze imâms. La première partie de ce travail présente Ashkevarî et son œuvre dans le cadre des courants intellectuels et religieux de leur temps, en tant qu’ils les reflètent de manière singulière. La deuxième partie aborde le Maḥbûb al-qulûb de deux points de vue, diachronique puis synchronique : d’abord dans l’histoire de l’histoire de la sagesse en islam, dont Ashkevarî récupère et exploite les matériaux, puis dans la diversité des « jeux de langage » qu’il met en œuvre pour démontrer l’harmonie de la philosophie, du soufisme et du shî‘isme. Enfin, la partie principale de cette étude propose une traduction commentée du préambule, de l’introduction et des trente-deux notices bio-doxographiques composant le premier volet de cette histoire de la sagesse. L’approche shî‘ite et mystique des philosophes antiques, sur lesquels les informations de notre auteur sont fragmentaires et déformées, fait l’objet d’une analyse détaillée montrant qu’elle n’est pas sans retrouver certains caractères authentiques de la philosophie antique. Il s’avère finalement que l’histoire de la philosophie antique est pour l’auteur un moyen de résister aux courants dominants de son temps, d’apporter sa pierre à l’édifice d’une « philosophie shî‘ite » et d’amener le shî‘isme lui-même à reconnaître sa parenté foncière avec la philosophie comme avec le soufisme.

  • Titre traduit

    History of wisdom and Shi’i philosophy : presentation, translation and commentary of the volume I of the Maḥbûb al-qulûb of Quṭb al-Dîn Ashkevarî


  • Résumé

    This study aims to discover the last “history of ancient wisdom” written in the land of Islam, in the particular context of Safavid Shi’i Iran in the seventeenth century: the Maḥbûb al-qulûb of Quṭb al-Dîn Ashkevarî (dead around 1680), an encyclopaedia of the wise men going from Adam to Mîr Dâmâd, the philosopher who was probably the teacher of Ashkevarî. The first part of the book is devoted to the Pre-islamic sages and includes numerous bio-doxographical notices on Greek philosophers. The next two volumes deal respectively with the scholars of Islam as a whole, including philosophers and Sufi masters, and with the authorities of Imamite Shiism in particular, beginning with the Imâms themselves. The first part of this thesis presents the author and his work within the intellectual and religious currents of their time, in so far as they reflect them in a very singular way. The second part approaches the Maḥbûb al-qulûb from two perspectives, diachronic and synchronic: first, in the history of the history of wisdom in Islam, in which Ashkevarî had found the materials he used, then in the diversity of the language-games that he employed in order to demonstrate the harmony between Philosophy, Sufism and Shi’ism. Finally, the main part of this study provides a translation, with annotation and commentaries, of the first volume in his entirety, including the preamble, the introduction and thirty-two bio-doxographical notices. The Shi’i and mystical approach of the ancient philosophers, on which our author has a fragmentary and distorted information, is the subject of a detailed analysis which shows that this approach is not without finding some genuine features of the ancient philosophy. It finally appears that the history of the wisdom is a way for the author to withstand the prevailing currents of his time, to make his contribution to the building of a “Shi’i philosophy”, and to bring the Shi’ism to recognize its fundamental relationship with Philosophy and Sufism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (797 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 765-797. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 14.23 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.