Le mythe de la terre chez les Arabes israéliens : entre mémoire collective et imaginaire national

par Emna-Zina Thabet

Thèse de doctorat en Religions et systèmes de pensée

Sous la direction de Esther Benbassa.

Le président du jury était Jean-Paul Chagnollaud.


  • Résumé

    Ce travail de recherche cible la minorité arabe israélienne et cherche, via les outils des études postcoloniales, à définir les contours de son imaginaire national. L’imaginaire national est un ensemble de représentations que le groupe se fait de lui-même. Celles-ci couvrent l’histoire de ses origines, expliquent ses valeurs, ses défaites et l’ordre social au sein du groupe. L’imaginaire national reprend des éléments populaires, voire folkloriques, et il est façonné par les clercs du groupe : les intellectuels. Ces derniers le transmettent à travers trois vecteurs essentiels : un récit scientifique des origines, la littérature et les arts figuratifs. Dans le cas arabe israélien, c’est autour de la terre, objet du conflit, que se cristallisent les représentations collectives. Cet imaginaire national dont on aperçoit les contours se veut-il une réponse au récit national sioniste ? Enfin, quelle place a-t-il entre deux récits antagonistes : le récit palestinien et le récit sioniste ?

  • Titre traduit

    The myth of the Land among Israelis : between collective memory and national imaginary


  • Résumé

    This research focuses on the Arab Israeli minority and defines, through the lens of the postcolonial studies, the main characteristics of its national imaginary. A national imaginary is composed of collective representations that cover a wide range of shared elements of a community: its history of origins, its values, its social order and its defeats and constitutes a narrative in itself. The national imaginary is shaped by the intellectuals who pick popular and folkloric elements of the group history and culture and transmit them through three main vectors: the scientific discourse (history and geography), the literature and the figurative arts. The collective representations of the Arab citizens of Israel revolve mainly around the land. Are those an answer to the Sionist national narrative? And may the Arab Israeli national imaginary aspire to a place between two antagonistic narratives : the Palestinian and the Sionist ones?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (351 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.303-351 . Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 14.10
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.