Histoire du livre imprimé au Maroc : Aux origines d’une mutation au royaume chérifien [1865-1956]

par Karim Ifrak

Thèse de doctorat en Histoire du livre

Sous la direction de Frédéric Barbier.

Le président du jury était Pierre Lory.


  • Résumé

    La typographie moderne a vu le jour au milieu du IXe/XVe siècle sous le ciel de Mayence de la main de Johannes Gutenberg. Or, presque trois siècles furent nécessaires afin que ce procédé révolutionnaire puisse venir à bout des restrictions imposées par la Sublime Porte. Aussitôt, un grand nombre de pays arabes et musulmans se procurèrent les uns après les autres des presses typographiques, gagnés par l’idée obsessionnelle de rattraper un retard désormais légendaire. Le Maroc, pourtant pays voisin parmi les plus proches de l’Europe, n’adoptera l’imprimerie que très tardivement en 1865, soit quatre cents ans plus tard. Face à de tels écarts, nous ne pouvons que nous interroger légitimement sur les filigranes d’une telle résolution. D’autant plus que là où l’imprimerie pénétra le monde arabe et musulman, les uns pour raisons militaires, les autres pour raisons religieuses ou politiques, le Maroc lui, se distingua par une toute singulière : une initiative individuelle d’un obscur qadi d’une petite ville du sud du royaume. Aussi, l’esprit de notre étude se veut une réflexion de haut niveau, fondée autour de plusieurs axes majeurs pluridisciplinaires. Dans cette perspective, nous étudierons l’univers du livre « manuscrit » au royaume chérifien, ses origines, ses acteurs et ses artisans. Nous examinerons également sa production livresque en tant que dynamique intellectuelle, ses mécanismes et ses écueils. Enfin, nous nous pencherons sur les logiques qui consentirent à la copie mécanisée de s’imposer, en prenant en compte son impact sur l’environnement marocain intellectuel, politique et social, ainsi que l’ensemble des conséquences qui en ont résulté

  • Titre traduit

    History of the book printed in Morocco : in the origins of a transfer in the Chérifien Kingdom [1865-1956]


  • Résumé

    The modern typography was born in the middle of the IXe/XVe century under the sky of Mainz of Johannes's Gutenberg hand. Yet, almost three centuries were necessary so that this revolutionary process can come at the end of the limitations imposed by Sublime Door. Immediately, a large number of Arab and Muslim countries got themselves one after the other typographic press, gained by the obsessional idea to catch up from now on legendary. Morocco, nevertheless nearby country among the closest to Europe, will adopt the printing office only very late in 1865, that is four hundred years later. In front of such gaps, we can only wonder legally about the watermarks of such a resolution. Especially as where the printing office penetrated into the Arab and Muslim world, into some for military reasons, into the others for religious or political reasons, into Morocco it, distinguished itself by a quite singular: an individual initiative of dark one qadi of a town of the south of the Kingdom. So, the spirit of our study aims to be a high-level reflection based around several multidisciplinary major axes. In this perspective, we shall study the universe of the "handwritten" book in the chérifien Kingdom, its origins, its actors and its craftsmen. We shall also examine his bookish production as intellectual dynamics, its mechanisms and its stumbling blocks. Finally, we shall bend over the logics which agreed on the copy mechanized to stand out, by taking into account its impact on the intellectual, political and social Moroccan environment, as well as all the consequences which resulted from it

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (455 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 396-455. Notes bibliogr

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 513
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.