Les mots du pouvoir : la communication politique de la France dans le Saint-Empire au début de la Guerre de Trente Ans (1617-1624)

par Camille Desenclos

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Olivier Poncet.

Soutenue le 06-12-2014

à Paris, Ecole nationale des chartes , dans le cadre de Ecole doctorale 188 (Ecole des chartes-Paris 4) .

Le président du jury était Alain Hugon.

Le jury était composé de Olivier Chaline, Rainer Babel, Guido Braun.

Les rapporteurs étaient Alain Hugon.


  • Résumé

    La notion de communication politique reçoit des définitions diverses qui paraissent irréconciliables : définition de politologue fondée sur une organisation contemporaine de la politique poussant le concept dans le domaine de la propagande, définition de médiéviste mettant l'accent sur l'oralité et la symbolique des images. Amorcé en Allemagne dans les années 1990, un mouvement historiographique tend à se développer en France, mais sans pour autant offrir une définition applicable à l'ensemble de la modernité.En revenant au sens premier de la communication politique, soit à l’histoire politique et plus particulièrement diplomatique, il s'agit ici d’étudier la politique extérieure de la France et ses moyens (réseaux de communication et d'information, correspondances, production imprimée, etc.) et ainsi de retrouver le sens de l’action diplomatique française. Au-Delà de la simple étude fonctionnelle, seule une étude approfondie de la communication peut permettre de voir si et comment un État peut maîtriser un tel outil et dans quel(s) espace(s).Pour ce faire, le Saint-Empire au début de la guerre de Trente Ans fait office de terrain d'étude. La mise en place des différents acteurs et le déroulement des premiers affrontements en font un élément d'observation riche. L'étude se place également dans une période bien définie de l'histoire politique française : l'exercice personnel par Pierre Brulart, vicomte de Puisieux, de la charge de secrétaire d'État aux Affaires étrangères entre avril 1617 et février 1624.

  • Titre traduit

    The words of power : the french political communication in the Holy Roman Empire at the beginning of the Thirty Years War (1617-1624)


  • Résumé

    The concept of political communication is confronted to various definitions which seem incompatible. The political one is based onto a contemporary management of the politics which pulls the concept to the field of propaganda. The medievalist one emphasizes the orality and the symbolic of images. Some studies have been led in Germany since the 1990's and intend to grow up in France but they do not offer a definition which could apply the modern era.We would come back to the initial meaning of the political communication, i.e. to the political and diplomatic history, in order to study the foreign politics of France and its means (communication and information networks, correspondences, printed documents, etc.) and find the direction of the diplomatic action of France. In addition to a classic functional study, a thorough study of communication should allow to observe if and how a State can control such tool and in which space(s).The Holy Roman Empire at the beginning of the Thirty Years War has been chosen as object for this study. The establishment of the various protagonists and the first confrontations turn it to a rich observation field. The study focuses too on a well defined period of the french politic history: the personal practice by Pierre Brulart, viscount of Puisieux, of the office of secretary of State for Foreign Affairs between april 1617 and february 1624.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.