Les ayllus de Tinguipaya (Potosi, Bolivie) : essais d'histoire à plusieurs voix

par Vincent Nicolas

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Véronique Boyer-Araújo et de Gilles Rivière.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    La thèse a pour objet l’histoire et la mémoire de Tinguipaya. Elle tente de reconstruire le passé des ayllus de Tinguipaya à partir de l’empreinte que celui-ci a laissé dans la mémoire collective mais aussi à partir des documents conservés dans les archives historiques. Il s’agit notamment de confronter les histoires orales transmises dans les ayllus, recueillies en quechua, avec les documents écrits, de comparer leurs points de vue et versions des faits, et d’interpréter chacune de ces deux sources à la lumière de l’autre. La démarche est indiciaire au sens où elle progresse à partir d’indices, souvent ténus, pour les relier entre eux et ainsi faire surgir une nouvelle version de l’histoire. Celle-ci n’est alors ni celle qui se raconte dans cette communauté ni celle qui pourrait être produite à la lecture des seules sources écrites mais bien le produit d’un dialogue entre savoirs. La recherche porte sur une histoire longue de cinq cents ans. Elle part du moment actuel et de la manière dont le passé est remémoré aujourd’hui au travers des histoires et des rites pour remonter jusqu’aux origines de Tinguipaya : la création du village de réduction vers 1575 et le processus d’ethnogenèse qui s’en suivit. Les habitants de Tinguipaya content un certain nombre de « mythes d’origine » qui permettent de mieux comprendre comment les réformes tolédanes furent vécues par les populations indigènes et comment ce vécu fut transmis aux générations suivantes. À partir du rituel du cabildo (qui accompagne actuellement le payement de la taxe), la thèse examine l’évolution de ces trois institutions coloniales fondamentales que sont le caciquat, le cabildo et le tribut. La thèse étudie aussia lutte des caciques délégués (apoderados) contre les politiques libérales sur la terre (ex-vinculación) et la résistance des ayllus de Tinguipaya aux tentatives d’annexion des haciendas, montrant ainsi les liens étroits entre la micro histoire de Tinguipaya et l’histoire de la Bolivie. Les narrations orales et les documents écrits constituent les deux principales sources de cette recherche. Cependant, malgré l’abondance de la mémoire-narrative, on constate également des « trous de mémoire ». La thèse cherche donc aussi à voir si au-delà de la mémoire explicite, il n’est pas possible de retrouver dans certaines pratiques rituelles la trace d’un passé apparemment oublié. La thèse cherche à mettre en valeur les récits historiques propres aux ayllus de Tinguipaya et ainsi à faire connaître une historiographie encore largement ignorée qui permet de remettre en question l’histoire officielle.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (474 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 463-474

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.