La reconstitution des faits dans le procès d'assises : anthropologie d'une performance

par Ariane Monnier

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Marc Abélès.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Fondée sur un travail de terrain réalisé en France en 2011 et en 2012 autour de trois procès d'assises, concernant des faits criminels survenus entre 1998 et 2008 à Ajaccio, Béziers et Castelnau-Le-Lez, la thèse analyse la reconstitution des faits dans le procès sous l'angle d'une performance. La notion de performance est explorée dans un sens double : dans le sens d'un exploit - une manière particulière d'exploiter les faits - autant que dans le sens d'un spectacle au cours imprévisible. Les éléments exploités par le procès sont envisagés comme les restes d'un éclatement dont une part plus ou moins importante a été perdue, égarée davantage par la mise en mouvement de l'action judiciaire La thèse tente de comprendre au prix de quels écarts et de quelles absences ces restes sont montés et montrés. D'abord spectateur et témoin de l'audience, l'anthropologue remonte le cours du procès et devient, à son tour, metteur en scène après-coup et à contre courant de situations observées et de situations rapportées. Les faits sont considérés successivement sous l'angle des récits et des images auxquels ils donnent lieu après leur découverte, sous l'angle des discours par lesquels ils tentent d'être élucidés, sous l'angle du spectacle de mots, de corps et d'objets auxquels ils aboutissent. Les coups de force visuels, discursifs, scénographiques par lesuqels la reconstitution judiciaire assure sa cohérence tout au long de la procédure sont décrits en rapport à l'omniprésence de parts manquantes, sources d'autres dangers.


  • Résumé

    Based on ethnographic fieldwork carried out in France in 2011 and 2012 in the setting of three criminal trials related to criminal facts which occured between 1998 and 2008 in Ajaccio, Béziers and Castelnau-Le-Lez, the thesis analyses the crime scene reconstruction in these cases from the perspective of a performance. The notion of performance is explored in a double meaning: in the sense of an exploit - a successful exploitation of the data - as well as in the sense of an unpredictable show. The information used by the judicial reconstruction is considered as the scattered remains after an explosion, of which a more or less significant part has been lost, and further misplaced by the judicial proceeding. The thesis attempts to resolve the following interrogation: at the cost of what sort of discrepancies and absences are these remains set up together and put on display? At first a spectator and a witness to the hearing, the anthropologist goes back in time through the trial, and becomes a stage director with hindsight, running against the flow of the situations observed and the situations reported. The facts are considered successively from the perspective of the narratives and images they entail just after being discovered; from the perspective of the speeches by which they attempt to be elucidated; from the the perspective of the spectacle of words, bodies and objects in which they result. The visual, discursive and scenographic acts of force all along the proceedings are described in relation to an omnipresnet missing part - the source of other dangers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (381 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 341-348

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.