Le Xidaotang, une existence collective à l'épreuve du politique : ethnographie historique et anthropologique d'une communauté musulmane chinoise (Gansu, 1857-2014)

par Marie-Paule Hille

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Isabelle Thireau.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Le présent travail porte sur une communauté musulmane de langue chinoise du Gansu, le Xidaotang, fondée par Ma Qixi, un lettré confucéen, à la fin du XIXe siècle. Dans un premier temps, une ethnographie croise et décrit les points de vue et les pratiques des différents acteurs concernés sur des échelles temporelles variées de 1857 à 1957. L’histoire de cette communauté est envisagée selon trois angles d’approche : les horizons d’avenir que chacun des contextes historiques dessinent, les ressources mobilisées par les acteurs pour faire face à la violence des crises locales et leur acuité politique pour appréhender chaque changement d’époque. L’ethnographie rend ainsi compte du lien politique en examinant les compétences et les modes d’action des hommes qui l’ont gouvernée et les critères de légitimité définis par les croyants pour configurer la relation de pouvoir et d’autorité. Dans un second temps est présentée une ethnographie contemporaine, à partir de la politique des réformes et d’ouverture. Comme un miroir tendu à l’histoire, elle examine le rapport dynamique que la communauté entretient avec son passé. Ainsi, une réflexion est entamée sur la capacité de la communauté à se refonder après ses difficultés à exister en tant qu’elle-même durant la période maoïste. Une ethnographie du religieux menée sur les lieux saints et au plus près des croyants rend compte des transformations en marche à l’intérieur du groupe. Par ailleurs, l’ethnographie du politique pratiquée ici scrute sur deux échelles : les jugements de légitimité qui instaurent une relation d’autorité entre le Maître actuel et ses fidèles et le rapport que le Maître du Xidaotang entretient avec le politique.


  • Résumé

    The Xidaotang is a Chinese-speaking Muslim community located in Gansu Province, China. It originated in the unique vision of a Muslim Confucian scholar, Ma Qixi, at the end of the 19th century. Promoting a distinctive synthesis of Confucianism and Islam, members of the Xidaotang practiced collective ownership and living and eventually grew into a major cultural and commercial force in northwest China. The Xidaotang’s survival in the midst of violent opposition from neighbouring Muslims and across the upheavals of twentieth-century Chinese history pose important questions about community coherence and resilience. How was the community led and mobilized? How did a religious community develop strategies for political survival? How did the community understand the relationship between Islam and Confucianism and how have they dealt with the shifting ideologies of the past century? This dissertation—the product of ten years (2004-2014) of field research—is a historical and anthropological study of the Xidaotang. The first half of this study traces the history of the community from 1857 to 1957 and reveals how local concerns and crises interacted with historical developments at the provincial and national levels. Although buffeted by events of national significance—the collapse of the Qing dynasty and the contentious warlord politics of the Republic of China—contingent decision-making by Xidaotang leaders and events within Gansu province played a key role in shaping the community. Thus, the history of the Xidaotang, is analysed not from a “sino-centric” perspective, but as a local historical process that interacts with provincial and national history. A “historical ethnography” is used to contrast, across time periods of varying scale, the points of view and practices favoured by all the different actors involved, between 1857 and 1957. Based on recent ethnographic research, the second half of the dissertation examines the post-1978 period of Reform and Opening. During the Maoist period, the community had been forcibly disbanded. My research, conducted at Xidaotang religious sites and among community members, describes how the community have faced a variety of challenges and recovered its practices and norms. In particular, this half focuses on the religious beliefs of the group. As a political ethnography the dissertation analyses leadership and authority structures within the Xidaotang collective, as well as the group’s relationship to the political and religious institutions of the Chinese Communist Party and government of the People’s Republic of China.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (904, 207 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 869-897

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.