Français migrants à Montréal (1965-2014) : anthropologie transatlantique du processus de reconfiguration identitaire dans la ville en gentrification : nationalité, ethnicité, communauté

par Sophie Fesdjian

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Alban Bensa.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Entre 1965 et 1975, la coopération franco-québécoise a permis la migration au Québec, de quelques milliers de Français, souvent professeur dans le secondaire et à l’université. Depuis 1990, la politique d’immigration québécoise procède à une augmentation des entrées de francophones sur le territoire provincial. Des migrants français moins spécialisés professionnellement que les précédents mais plus nombreux sont le premier groupe national à migrer devant la Chine et l’Algérie. Cette étude a exigé une redéfinition du champ des études migratoires. La situation transatlantique et « post colonial » donne à réfléchir sur les identités multiples qui se racontent dans les discours des Français et des Québécois. Être un immigré, Français à Montréal, c’est se confronter à l’image locale du migrant. Figures divergentes héritées d’une pédagogie du national et d’un récit historique construits localement. Depuis 1990, un accroissement du nombre des Français installés en ville s’observe dans le quartier du Plateau Mont-Royal. Présence liée à la gentrification ancienne du quartier, décrit comme « un petit coin d’Europe » en Amérique, un village confortable. Phénomène renouvelé par l’activité de commerce « à la française » (boulangerie, restaurant, etc. ) qui est souvent la niche économique dans laquelle s’engouffrent les migrants. Un imaginaire de l’Amérique et de l’Europe animent respectivement chacun des protagonistes dans la création originale de nouveaux liens « citoyens » entre voisins. Les Français « un et indivisibles » tentent en terre américaine le rêve communautaire. Les Québécois espèrent, pour certains, l’avènement d’une république souveraine imitée du modèle français.


  • Résumé

    Between 1965 and 1975, the Franco-Quebec cooperation allowed migration in Montreal and Quebec, several thousand French, employed as a secondary school teacher and university. Since 1990, Qebec's immigration policy actively conducts an increase in French entries on the provincial territory. Of French migrants less specialized professional than previous but more numerous, currently 120,000, are the first national group to migrate to China and Algeria. Our anthropological study of French migrants in Montreal required a redefinition of the field of migration studies. Transatlantic situation and "post-colonial" makes us think about multiple identities that are told in the speeches of French and Qebecers. Being an immigrant, for French in Montreal, is to confront the local representation of the migrant. Inherited differing figures of a pedagogy and a national historical narrative built locally. Since the 1990s, a large increase in the number of french living in the city is particularly observed in the Plateau Mont-Royal. Presence linked to the old gentrification of the neighborhood, described as "a corner of Urope" in America, a cozy village. Phenomenon renewed by the trade activity "French" (bakery, restaurant, etc. ) which is often the economic niche in which rush migrants. An imaginary America and Europe respectively animate each of the protagonist in the original creation of new links "citizens" between neighbors. The French "one and indivible" in trying this American dream earth community. Quebecers hope for some, through this presence, the advent of a sovereign republic imitated the French model.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (390 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 377-390

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.