L'évolution des pratiques matrimoniales chez les Kel-Ajjer (Sud-Est de l'Algérie) : étude ethnolinguistique d'une alchimie entre tradition et modernité

par Catherine Vaudour

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Tassadit Yacine et de Paulette Roulon-Doko.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Les rites du mariage sont un moment privilégié du temps social que cette étude ethnolinguistique prend comme objet d’enquête chez les Touaregs de l’Ajjer du Sud Est de l’Algérie. Les cérémonies du mariage sont l’occasion d’un grand nombre de rituels dont l’observation et la description permettent d’étudier le groupe de l’intérieur, témoignant en particulier de la place qu’y occupent les femmes. Le mariage dans la culture touarègue est traditionnellement très onéreux pour le marié et sa famille. Cette situation produit une nouvelle pratique : l'instauration de mariages collectifs initiés et soutenus financièrement à la fois par l'État, les associations ainsi que les dons des commerçants. Cependant, on observe que le mariage collectif n'a pas fait disparaître certaines traditions. La position actuelle des femmes touarègues dans cette région, dont la religion musulmane a bouleversé le statut, témoigne d'un réel changement des valeurs traditionnelles. La présentation des mutations sociétales permet d'une part, de montrer comment une culture s'adapte à de nouvelles données, et d'autre part, de signaler les points de résistance qui maintiennent la tradition. Le statut particulier de la femme qui après avoir été une épouse se retrouve seule : veuve ou répudiée voire, mais plus rarement, séparée montre que dans la culture touarègue la liberté de la femme, si elle a clairement été attestée dans le passé, est de nos jours contrainte par le droit et la religion qui ont cours dans la société algérienne.

  • Titre traduit

    The evolution of Kel-Ajjer marital practices(south-east of Algeria)


  • Résumé

    The rites of marriage are a privileged social time that the ethnolinguist's study takes as a subject of investigation among Tuaregs from ajjer in south east of Algeria. Marriage ceremonies involve a great number of rituals which allows close study of social groupings, in particular the status/position of women. In the Tuareg's culture, a traditional wedding is very expensive for the bridegroom and his family. This situation has produced a new custom; the institution of collective weddings initiated and supported financially by the stae, associations and also by gifts from shopkeepers. However, we observe some traditions remain even with the collective weddings. In this area, muslim religion disrupts the position of women, showing a real change in traditional values. The presentation of social changes allows the showing on the one hand of how a culture adapts to new circumstances, and on the other how some traditions are preserved. The paerticular status of woman who after marriage find themselves alone - widowed or repudiated, or more rarely separated - shows that in Tuareg culture the liberty of woman, usually vouched for in the past, is actually constrained by law and religion in Algerian society.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (290 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 252-268. Filmogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.