Le critique et l’analyste : réceptions de la forme sonate chez Beethoven, Liszt, Ives et Boulez

par Maud Lambiet

Thèse de doctorat en Musique, histoire, société

Sous la direction de Estebán Buch.

Le président du jury était Denis Laborde.

Le jury était composé de Laurent Feneyrou.

Les rapporteurs étaient Martin Kaltenecker, Béatrice Ramaut-Chevassus.


  • Résumé

    La critique et l’analyse musicales sont les premières intervenantes à débattre de l’œuvre, de son expression et de sa signification. Liées à des pratiques précises, elles décrivent et interprètent la musique en mobilisant des catégories différentes d’analyse et de compréhension. En participant à transformer les valeurs et les normes auxquelles se conforme la musique et à définir de nouveaux rapports, elles enrichissent chacune à leur façon l’expérience musicale. Partir de quatre sonates pour piano, l’Appassionata de Beethoven, la Sonate en si mineur de Liszt, la Concord Sonata d’Ives et la Deuxième sonate de Boulez, balise un espace temporel de 150 ans et circonscrit un espace herméneutique. Il s’agit de quatre points d’ancrage à partir desquels il est possible d’observer et d’analyser les rapports que les acteurs entretiennent avec les œuvres, les représentations qu’ils projettent et la façon dont ils donnent sens à leurs représentations et à leurs actions. Circuler entre la critique et l’analyse met en évidence qu’un dialogue s’instaure entre les deux et ébranle ce que le sens commun retient, à savoir que l’analyse en tant que pratique savante modère les évaluations subjectives énoncées spontanément et arbitrairement par les critiques.


  • Résumé

    Music criticism and musical analysis are first to present and discuss the musical meaning and significance of the artworks. They are bound to methods of reasoning and they describe and interpret music by mobilizing different categories of analysis and understanding. In their own ways they improve the musical experience by transforming values and norms and defining new relationships. Four piano sonatas demarcate a period of 150 years and delimit a hermeneutical space : Beethoven’s Appassionata, op. 57, Liszt’s B minor Sonata, Ives’ Concord Sonata and Boulez’s Deuxième Sonate. They are the four beacons from which the relationships between the players and the artworks could be observed and analysed. Critics’ statements and analyses of these sonatas highlight the representations reflected by the players on the artworks and how they give sense to their representations and actions. The flow of ideas between music criticism and musical analysis emphasises that a dialogue is established between them. That undermines what the popular mind retains, i. E. That musical analysis holds the epistemological authority in musical thought.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (463 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.426-452. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-160
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.