L’usage comparé des motifs historiques dans la législation monarchique entre les royaumes de France et de Bohême à la fin du Moyen Âge

par Václav Žůrek

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Martin Nejedlý et de Pierre Monnet.

Le président du jury était Jean-Claude Schmitt.

Le jury était composé de Marie Bláhová, Jean-Marie Moeglin.


  • Résumé

    C'est l'exploitation des récits l'instrumentalisation du passé au service, d'une part, des premier : rois Valois sur le trône français et, d'autre part, de la dynastie de Luxembourg en Bohême, ainsi que leur comparaison qui constitue le sujet de cette thèse. La comparaison entre les deux milieux et les deux discours historiques peut être menée plusieurs niveaux. Au niveau des motifs en tant que tels, il y en avait très peu commun. En effet seul Charlemagne occupait une place importante dans les deux milieux. C'est plutôt la typologie de ces motifs qui aide à la comparaison. Les deux cours se servaient de personnes (ancêtres fondateurs, rois ou princes anciens et saints), de lieux ou d'événements. La stratégie de légitimer la dynastie des Valois sur le trône de France reposait surtout sur Ia mobilisation des motifs historiques dans un contexte favorable aux rois, et en même temps, elle insistait sur l'identification forte de la dynastie avec les habitants du royaume et donc elle contribua largement à la création de l'identité française à la fin du Moyen Âge. En revanche, le cas de Charles IV de Luxembourg présente quelques différences. Le double caractère de soi règne et de la stratégie de la légitimité des Luxembourg à la fois en Bohême et dans l'Empire l'obligeait à utiliser une stratégie plus complexe. L'usage lié à la Bohême et aux ancêtre přemyslides, fut constamment complété par une dimension universaliste, qui insistait non seulement sur le fait que Charles IV était Empereur légitime, mais surtout que son origine et le passé illustre auquel il pouvait être lié par ses ancêtres, le prédestinaient à la dignité impériale.

  • Titre traduit

    Comparison of the Use of Historical Motives in the Monarchical Legitimacy in Kingdoms of France and Bohemia in the Late Middle Ages


  • Résumé

    Concepts of the past are most important parts in the formation of individual and collective identity. Medieval authors deliberately used the historical narratives as a means of enhancing the cohesion of respective social groups, usually the ruling strata of society. The doctoral thesis focuses on re-interpretations and exploitations of the past in France and Bohemia during the 14th century, on the role of historical narratives in the self-representation of the ruling dynasties Luxembourg and Valois, and on the perception of their own role in the history. Main question of the thesis is the social and literary context of the shaping of an imagination of the past: detailed comparison between the Latin and vernacular historiographical production at the royal courts in France and Bohemia bring also crucial observations as to the ways and means of cultural transfer between the respective centres of power.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (369 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.293-348. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-141

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.