Quand le trafic de cocaïne est arrivé à Medellín : réseaux mafieux, violences et politiques de sécurité (1975-2014)

par Gérard Martin

Thèse de doctorat en Études politiques

Sous la direction de Gilles Bataillon et de Daniel Pécaut.

Le jury était composé de Anton Blok.

Les rapporteurs étaient Eduardo Pizarro Leongómez, Dominique Vidal.


  • Résumé

    L'auteur étudie les phénomènes de violence à Medellin sur une période de quatre décennies (1975-2014), pendant laquelle la ville a connu 90 000 assassinats. Il explique comment, sous l'effet des dynamiques et interférences du trafic de cocaïne, la ville est arrivée à une situation aussi extrême, avant de retrouver une certaine normalité. Il montre que cette tragédie se laisse peu expliquer par la précédente période de violence (1948-1963, connue comme La Violencia) ; qu'ils résulte non plus des seuls acteurs se réclamant d'une orientation politique (guérillas, organisations paramilitaires), ni des processus de développement urbain peu régulé ou des graves conditions de pauvreté et exclusion. Par contre, l'auteur mets en évidence le rôle majeur joué par l'économie de la drogue et ses "réseaux" criminels. A travers des descriptions analytiques solidement documentées ce travail offre une description minutieuse du pouvoir que les trafiquants de cocaïne arrivent à exercer durant toute cette période sur la société locale et une grand partie de la Colombie. L'ouvrage compte 22 chapitres, distribuées en sept parties chronologiques: (1) la perte de contrôle progressive des élites sur la ville (années 1970 et 1980); (2) la mise en place des réseaux mafieux avec l'arrivée de la cocaïne, y inclut la carrière criminelle de Pablo Escobar; (3) la période de terreur qui s'empare de la ville dans les années 1980 et 1990 et la prolifération des bandes, des milices et des sicaires qui l’accompagne; (4) les réactions de différents secteurs de la société civile et les contre-réactions violentes des réseaux criminels ; (5) l’endurcissement du conflit armé ; (6) la démobilisation paramilitaire, les nouvelles politiques de sécurité (2002-2008), les reformes urbaines et la place donnée aux victimes; (7) les reconfigurations de la criminalité (avec une nouvelle hausse des meurtres) et des tentatives de réponse apportées par les pouvoirs publics et certains secteurs de la société civile, et la mise en scène des victimes (2005-2014). Dans la conclusion, l'auteur ouvre de nombreuses pistes de réflexion.

  • Titre traduit

    When cocaïne trafficking came to Medellin : mafia networks, violence and security policies (1975-2014)


  • Résumé

    The author analyses the violent phenomena that during four decades (1975-2014) effected the city of Medellin (Colombia), a period during which the city experienced 90 000 murders. The author shows that this period of violence can hardly be explained as the continuity of an earlier one (1948-1963, known as La Violencia). It can also not be understood as the mere product of guerrilla, paramilitary and other violent illegal organizations, which claim political motives, or as the direct result of weakly regulated urban development and problems of poverty and exclusion. Rather, as the author shows, a major role is reserved for the extensive criminal networks of cocaine traffickers and the interferences they engage in. Thru solidly documented analytical descriptions this study offers a detailed panorama of the power these networks were able to impose on the local society and a large part of the country. The 22 chapters of this dissertation are chronologically ordered into seven parts: the progressive loss of local elites over the city; the imposition of criminal networks, including the criminal career of Pablo Escobar and his gang; the city in the grip of terror, gangs, militias, and hit killers; civil society reactions and the counter actions taken by criminal networks; the hardening of the armed conflict; paramilitary demobilization, new national security policies, audacious urban policies, and increased recognition of the victims; criminal reconfigurations (and a new wave of murders) and the reactions provided by the government, the local administration and certain civil society organizations. The conclusion offers numerous reflections.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (792 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.757-792. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-140

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 2014/EHES/0140
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.