Cornelius Castoriadis et la question de la temporalité dans le domaine social-historique : de la logique de l’identité à la logique de l’altérité

par Liliana Beatriz Ponce

Thèse de doctorat en Philosophie et sciences sociales

Sous la direction de Vincent Descombes.

Le jury était composé de Patrice Vermeren, Philippe de Lara, Stéphane Douailler.


  • Résumé

    A partir de la lecture et de l’interprétation de l’œuvre de Cornélius Castoriadis, cette thèse aborde la question de l’histoire et de la temporalité comme composantes essentielles des pratiques humaines. Elle se propose la relecture des sources philosophiques et socio-anthropologiques mobilisées par la pensée de Castoriadis en vue de comprendre les principales catégories d’analyse posées par l’auteur de l’une des philosophies les plus originales de la fin du XXe siècle. En faisant de la philosophie un discours militant, Castoriadis annonce un mode de faire de la philosophie une pratique où la réflexion ontologique, la réflexion épistémologique et la pensée politique ont leur place. Notre travail s’est fait en trois temps : une exploration des principales catégories employées afin d’élucider la « conception héritée » du « domaine social-historique » comme « mode d’être » propre à l’homme. Par la suite, nous avons tenté d’avancer les dérivations logiques, épistémologiques et politiques de la « philosophie de l’histoire » traditionnelle et son rapport avec la pratique politique. Enfin, nous avons développé les principales thèses castoriadiennes sur l’historicité et sur la temporalité afin de récupérer le soubassement imaginaire de toute pratique théorique et politique. Le propos de notre thèse a été de redécouvrir les problèmes de l’ontologie et de l’épistémologie politique sous la lumière des nouvelles catégories qui permettraient de rendre compte des « domaines de l’homme » comme « domaine de l’altérité ».


  • Résumé

    Based on the reading and interpretation of the works of Cornelius Castoriadis, this thesis addresses the question of history and temporality as essential components of human practices. It proposes the rereading of philosophical and socio-anthropological sources prompted by the thinking of Castoriadis in sight of understanding the main categories of analysis offered by the author of one of the most original philosophies at the end of the 20th century. By making philosophy a militant discourse, Castoriadis announces a mode of doing of the philosophy as a practice where the ontological reflection, the epistemological reflection and the political thinking have their place. Our work has been made in three stages : an examination of the main categories employed in order to elucidate the “inherited conception” of the “social-historical domain” as mode of being unique to man. Thereafter, we have ventured forward the logical, epistemological and political derivations of the traditional “philosophy of history” and its relation to the political practice. Finally, we have developed the main Castoriadian thesis on historicity and temporality in order to recover the imaginary foundation of every theoretical and political practice. The purpose of our thesis has been rediscovering the problems of the political ontology and the political epistemology in light of new categories that would permit bring into account “the domains of man” as “the domain of alterity”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (287 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.279-287. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-122
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.