La loi des tables : quantification du besoin alimentaire et réforme des conduites de vie XIXe-XXe siècles

par Thomas Depecker

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Patrice Bourdelais.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les transferts de techniques entre l'exploitation économiquement rationnelle du bétail et les entreprises de réforme des conduites de vie. Le cas pris en considération est celui de la quantification du besoin alimentaire: l'analyse des rapports entre différents espaces montre comment la mesure des entrées et des dépenses physiologiques, pensée pour l'exploitation des produits animaux au début du XIXe siècle, devient finalement employée dans le gouvernement sanitaire de soi et des populations. La quantification du besoin émerge au début du XIXe siècle du fait des transformations dans la mesure de la production animale: la relation entre la ration du bétail et les produits rendus est alors une simple relation de débit à crédit. « L'alimentation rationnelle », doctrine qui se fonde autour des études de chimie agricole sur les conditions d'optimalisation de l'exploitation animale, connaît un succès grandissant au XIXe siècle, et est intégrée au sein de grandes entreprises utilisant le travail animal. Une étude sur les individus au carrefour de la médecine, l'hygiène publique et la chimie agricole, permet de montrer comment, durant le second XIXe siècle, « l'alimentation rationnelle » est employée dans l'administration des institutions totales, puis est présentée à l'ensemble de la population comme une technique de conduite de vie et un rapport de soi à soi. Ce rapport nécessite de se représenter son corps comme un agriculteur économiquement rationnel se représenterait son cheptel: comme un capital. La thèse expose enfin l'institution de « l'alimentation rationnelle » comme technique de contrôle sanitaire au cours de la Seconde Guerre mondiale


  • Résumé

    This doctoral thesis examines the social conditions of technologies transfer between the exploitation of livestock and the reform of the conducts of life. The case considered here is the quantification of dietary needs. The analysis of relationships between different fields shows how the quantification of physiological inputs and outputs, thought for the livestock enterprises in the early XIXth century, becomes employed in the governmentality of one's health. The quantification of dietary needs arises in the early XIXth century as a result of changes in agricultural accounting and livestock exploitation: the relations between diet and livestock products are then a simple relation between debits and credits. The "rational nutrition", which is the agricultural chemistry study about the optimization of cattle exploitation, is then integrated within companies making use of animal strength. Analyzing the positions of individuals at the interface of agricultural chemistry, medicine and public health, this doctoral thesis shows how the "rational nutrition" is also used in the administration of institutions during the second half of the XIXth century, and is finally presented to the entire population, in particular to the working class, as a principle of conduct of life, which leads individuals to view their body as a rational farmer is considering his cattle: as a capital. After showing how the quantification of dietary needs at this time is presented as a technique that everyone should apply to oneself, the doctoral thesis finally exposes the institution of "rational nutrition" as 5 technique dedicated to the monitoring of population during the Second World War

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (800 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 642-685. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.