La cyberviolence entre adolescents : prévalence, nature et processus en milieu scolaire

par Aurélie Berguer

Thèse de doctorat en Sciences de l'education

Sous la direction de Catherine Debarbieux Blaya.

Le président du jury était Pascal Lardellier.

Le jury était composé de Catherine Debarbieux Blaya, Dominique Pasquier, Georges Steffgen.


  • Résumé

    Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sont de plus en plus accessibles et utilisées au quotidien, en particulier par les jeunes. Si ces nouvelles formes d’interactions sociales sont porteuses de diverses opportunités (Valkenburg, 2010), elles font émerger dans le même temps des formes de violence inédites. Les recherches sur la cyberviolence se sont considérablement développées depuis les années 2000 au niveau mondial. En France, toutefois, mis à part les travaux de Blaya (2010, 2013), les recherches dans ce domaine restent rares et peu de données relatives à la prévalence, à la nature et aux mécanismes de ce phénomène sont disponibles. L’objectif de cette thèse est, par conséquent, d’évaluer l’ampleur de la cyberviolence entre adolescents en France, d’analyser les caractéristiques de cette nouvelle forme de violence et d’explorer ses processus en lien avec le milieu scolaire, notamment le climat scolaire. A cette fin, nous avons mené une enquête de victimation et de violence auto-reportée auprès de 3586 collégiens et lycéens répartis dans plusieurs académies. Les données recueillies nous permettent de mettre en évidence les taux d’adolescents qui déclarent avoir été victimes et/ou auteurs de chacune des formes de cyberviolence au cours de l’année scolaire. Une attention particulière est également portée à la mesure du cyberharcèlement, que nous choisissons de considérer comme une violence répétée et/ou cumulée. Enfin, des analyses statistiques visant à tester les effets des variables relatives aux caractéristiques sociodémographiques, aux pratiques numériques et à l’expérience de la cyberviolence sur la victimation et la perpétration sont effectuées. Il ressort principalement que la problématique de la cyberviolence est bien réelle même si le cyberharcèlement, dans ses formes les plus sévères, reste minoritaire. Afin de compléter l’enquête quantitative et « ouvrir la boîte noire », des entretiens ont par ailleurs été menés auprès de 34 collégiens. Notre ambition est d’approfondir notre compréhension de l’expérience vécue par les acteurs en interrogeant leurs logiques d’action et le sens qu’ils leur confèrent. Nos analyses permettent, entre autres, d’observer un lien entre les rapports sociaux dans le contexte scolaire et dans le contexte numérique. Ces résultats permettent de souligner l’intérêt d’une prise en compte de l’environnement scolaire, en particulier du climat scolaire, dans la lutte contre la cyberviolence.

  • Titre traduit

    Cyberviolence among adolescents : prevalence, nature and process in schools


  • Résumé

    Information and Communication Technologies (ICT) are more and more daily accessible and used, especially by young people. These new types of social interactions offer various opportunities (Valkenburg, 2010). At the same time, they bring also with them new forms of violence. Research on cyberviolence has developed considerably worldwide since the beginning of the millennium. However, in France, except the work of Blaya (2010, 2013), research in this area remains rare and few data about the occurrence, nature and mechanisms of this phenomenon are available. Consequently, the objective of this thesis is to assess the extent of cyberviolence amongst adolescents in France, as well as to analyze the characteristics of this new form of violence, and finally to explore its processes related to school context, especially school climate. To do so, we carried out a victimization and self-reported violence survey on 3586 secondary schools students in several school authorities/boards. The collected data allow us to highlight the percentage of adolescents who reported to have been victims and/or authors of each types of violence during the school year. A special care was paid to the measurement of cyberbullying, which we defined as a repeated and/or cumulated violence. Finally, statistical analysis were made in order to test the effects of sociodemographic variables, digital practices and cyberviolence experiences on victimization and perpetration. It mainly appears that cyberviolence is a real problem although the most severe forms of cyberbullying remains low. To complete the quantitative survey and “open the black box”, interviews were conducted with 34 middle school students. Our aim was to deepen our understanding of the experience of the actors, by questioning them on their logics of action and the meaning they confer. Among other things, our analysis enabled us to observe a link between the social relations in the school context and in the digital context. These results emphasize the need to consider school environment, notably school climate, to fight against cyberviolence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 2 vol. (XVII-413, IX-178 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 379-407. Notes bibliographiques en bas de page

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T589/1
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T589/2
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.