E nostre lingue sò e nostre vite : une étude comparative des paroles des enfants quant au processus de choix scolaire en milieu minoritaire en Ontario et en Corse

par Megan Cotnam-Kappel

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Alain Di Meglio et de Phyllis Dalley.


  • Résumé

    Cette thèse met l’accent sur les paroles des enfants-acteurs colligés alors qu’ils vivaient le processus de choix scolaire durant le moment de transition entre paliers élémentaire et secondaire en milieu minoritaire. Ce choix de problématique est motivé par le fait que le domaine du choix scolaire est dominé par des adultes qui décident, qui parlent pour les enfants concernés ou bien qui les catégorisent par ce processus sans pour autant inclure les enfants dans les recherches sur un processus qui les concerne directement. Par ailleurs, l’intérêt particulier pour le choix de la langue d’instruction du projet m’a incitée à mener une étude comparée internationale pour mieux comprendre les particularités et similarités des vécus des enfants de la Corse et de l’Ontario, deux territoires fortement marqués par les questions sociolinguistiques. La question de recherche principale de cette thèse est la suivante : quels processus conduisent les enfants de l’Ontario et de la Corse à poursuivre ou non leur scolarité dans une école ou une filière de langue minoritaire ou majoritaire? Ma position épistémologique de chercheure interprétative, critique et réflexive encadre mon intérêt scientifique aux paroles des enfants-participants. La méthodologie du projet constitue une étude de cas comparative de type ethnographique. En outre, les outils de collecte de données, soit l’observation participante, le questionnaire et l’entrevue semi-dirigée, ainsi qu’une analyse des contextes scolaire, familial et national permettent une analyse plus rigoureuse et holistique des cas étudiés. L’analyse dévoile que le processus de choix scolaire représente une convergence des métiers d’élève, d’enfant et d’enfant-citoyen dans la construction du projet personnel de chaque enfant quant à son avenir scolaire et social. Qui plus est, cette analyse fait poindre le besoin de mieux accompagner les enfants au cours des processus de choix et de transition scolaire qu’ils vivent, de mieux outiller, voire informer, les parents quant à ces processus et à repenser l’éducation civique en milieu minoritaire. La contribution au domaine éducationnel de cette thèse est importante à plusieurs égards, notamment par rapport 1) à la place centrale qu’occupent les paroles des enfants-participants; 2) au regard particulier sur le choix de la langue d’instruction en milieu minoritaire et 3) à la visée comparative et au rapprochement des cas de l’Ontario et de la Corse qui font progresser la compréhension des enjeux de l’éducation en milieu minoritaire.

  • Titre traduit

    Our languages are our vies : une comparative study of children's words about the process of school choice in minority communities in Ontario and Corsica


  • Résumé

    This thesis focuses on the voices of children, accessed as they were living the school choice process during the transition between elementary and secondary school in minority language contexts. The aforementioned research agenda is motivated by the fact that the field of school choice is dominated by adults who decide, who speak for children or who categorize children without including children in research regarding a process that concerns them directly. Moreover, my particular interest in the choice of language of instruction in minority language communities has prompted me to conduct an international, comparative educational research project to better understand the similarities and particularities of experiences lived by children in Corsica and in Ontario, two contexts strongly influenced by sociolinguistic issues. The following principal research question guides this thesis : what processes lead children of Ontario and Corsica to pursue, or abandon, their education in the minority or majority language?My interpretive, critical, and reflexive epistemological position frames my scientific interest in the voices of child participants. The project’s methodology is a comparative case study that is influenced by an ethnographic lens. The data collection tools, participant observation, questionnaire, and semi-structured interviews—as well analyses of school, family and national contexts—allow for a holistic and rigorous analysis of the cases studied. These analyses reveal that the process of school choice represents a convergence of student, child, and child-citizen occupations (or métiers) in the construction of the child’s personal project regarding his or her own academic and social future. Furthermore, this analysis illuminates the need to better support children during the school choice and transition processes, to better equip and to better inform parents concerning these processes, and to rethink civic education in minority language communities. The contribution of this thesis to the field of education is important in several respects, particularly in relation to 1) its placement of child voice at the forefront of the research; 2) its particular focus on the choice of language of instruction in minority language contexts; and, 3) its comparative element which connects the cases of Ontario and Corsica and, so doing, advances the understanding of minority language education.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Corse (Corte, Haute-Corse). Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.