Risques sanitaires et perception chez les agriculteurs utilisateurs de produits phytopharmaceutiques

par Romain Boissonnot

Thèse de doctorat en Génie des procédés

Sous la direction de Catherine Porte.

Le président du jury était Jacques Nicolas.

Le jury était composé de Sonia Grimbuhler, Virginie Migeot, Martine Courtois, Alain Delacroix.

Les rapporteurs étaient Yves Lévi, Rémi Maximilien.


  • Résumé

    ContexteDe nombreux facteurs influencent l’exposition des agriculteurs aux produits phytopharmaceutiques (PP) : facteurs techniques (matériel de pulvérisation, forme et type des PP employés), agronomiques (pression parasitaire, doses employées, type de culture) et humains. La perception d'un risque est un facteur déterminant du comportement humain face à celui-ci. La perception du risque phytosanitaire chez les agriculteurs et ses conséquences sur l'exposition aux substances actives des utilisateurs sont peu étudiées.ObjectifL’objectif de ce travail est d’évaluer comment la perception du risque influe sur les pratiques des agriculteurs. Il vise aussi à décrire et évaluer les déterminants de cette perception, et leurs impacts sur le risque sanitaire des utilisateurs de PP. Méthode.Des entretiens individuels sont menés pour évaluer la perception du risque auprès d’utilisateurs de PP. Des mesures et modélisations d’exposition complètent ces observations. Les mesures se focalisent sur les paramètres influencés par la perception du risque décrits lors des entretiens. Les résultats des mesures d’exposition sont comparés aux pratiques observées et servent à qualifier et quantifier l’impact de la perception sur le risque sanitaire.RésultatsCe travail montre que la perception des agriculteurs du risque liés aux PP est empirique et se base sur des critères tels que l'odeur, le type, la forme ou l'efficacité des produits pour estimer le risque. Les comportements des agriculteurs pour réduire leur exposition sont corrélés à leur perception des produits employés. L'utilisation des équipements de protection individuelle (EPI) est le marqueur le plus fort de la perception. Plus le risque est perçu comme important, plus l'utilisation d'EPI est élevée. Mais les pratiques de réduction du risque ne sont pas toujours efficaces pour réduire l'exposition. En effet, les mesures d'exposition réalisées montrent que les opérateurs, même utilisateurs d'EPI, n'ont pas conscience des phénomènes de contaminations indirectes (cabine des tracteurs, environnement de travail). Combinés à un mauvais usage fréquent des EPI (réutilisation d'EPI à usage unique, utilisation partielle ou inadaptée), ces défauts de perception jouent sur l'exposition aux PP.Les modélisations et mesure d’exposition en fonction des pratiques observées ont permis de quantifier les conséquences sanitaires de ces comportements. Il ressort que le risque sanitaire lors de l'utilisation des PP dans le cadre des bonnes pratiques est acceptable. Cependant ces bonnes pratique sont théoriques et les observations montrent que les opérateurs ont des comportements qui s'éloignent des bonnes pratiques et les exposent aux PP, mais ces comportements ne sont pas perçus comme tels. Le risque sanitaire associé aux pratiques est très individuel et difficilement généralisable. Cependant, ce travail exploratoire a permis de mettre à jour des profils de risque et de décrire les déterminants forts de la perception. La sensation de maîtrise du risque est le déterminant clef dans l'acceptation du risque par les agriculteurs. ConclusionCe travail montre que la perception du risque joue un rôle décisif dans l'exposition totale des agriculteurs aux PP. Le risque sanitaire est sensiblement dépendant de la perception du risque. Les politiques de prévention des risques doivent s'appuyer sur cet aspect afin d'adapter les messages et d'éduquer les opérateurs aux pratiques exposantes telles que la contamination indirecte ou le mauvais usage des EPI, aujourd'hui peu pris en compte par les utilisateurs de pesticides.

  • Titre traduit

    Health risks and perception among farmers users of plant protection products


  • Résumé

    IntroductionMany factors influence the exposure of farmers to pesticides. Technical (spraying equipment, type of pesticides used), agronomic (type of crop, doses used, frequency) and human factors. The perception of risk is a determinant key of human behavior and how human faces to risk. Pest risk perception among farmers and the consequences of exposure to active substances of farmers have not been clearly studied.AimsThe objective of this study is to evaluate how risk perception affects farmers' practices. It also aims to describe and assess the determinants of this perception, and their impact on the health risk of pesticides users.Individual interviews are conducted to describe the perception of risk of pesticides' users. Measurements and modeling of exposure complement these observations. The measures focus on the parameters influenced by the perception of risk described in the interviews. The results of exposure measurements are compared to practices observed and used to qualify and quantify the impact of perception on health risk.ResultsThis work shows that farmers' perceptions of risk related to pesticides used is empirical and based on criteria such as smell, type, form or effectiveness of products to estimate the risk. Farmers' behavior to reduce exposure is correlated with their perception of the products used. The use of personal protective equipment (PPE) is the strongest marker of perception. The higher the risk perceived, the greater the use of PPE is high. But the practical risk reductions are not always effective in reducing exposure. Indeed, exposure measurements show that operators, even in users of PPE, are unaware of indirect contamination (cab tractors, work environment). Combined with frequent misuse of PPE (reuse of disposable PPE, partial or improper use), these defects perception are increase exposure to pesticides.Modeling and exposure’s measurement based on observed practices are used to quantify the health consequences of these behaviors. It appears that the health risk of pesticides is acceptable when used as recommended. However, recommended practices are theoretical and observations show that operators have behaviors that deviate from recommended practices depending on pesticides used. But these behaviors are not perceived as risky. The health risks associated with individual practice is very difficult to generalize. However, this work highlights profiles of risk and describes strong determinants of perception. The risk-control feeling is the key determinant in risk acceptance by farmers.ConclusionThis work shows that the perception of risk plays a decisive role in the exposure to pesticide of farmers. The health risk is substantially dependent on the perception of risk. The risk prevention policies must support this risk perception to adapt messages and educate the operators to not adapted practices such as indirect contamination or improper use of PPE, few considered by some pesticides users.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.