Que disent les élèves de CLIS 1 de leur(s) places(s) dans l'école ? Un empan liminal

par Claire de Saint-Martin

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation - Cergy

Sous la direction de Gilles Monceau.

Soutenue le 26-11-2014

à Cergy-Pontoise , dans le cadre de École doctorale de droit et sciences humaines (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) , en partenariat avec Ecole, mutations, apprentissages (laboratoire) et de Ecole- mutations- apprentissages / EMA (laboratoire) .

Le président du jury était Éric Plaisance.

Les rapporteurs étaient Julie Delalande, Michel Desjardins.


  • Résumé

    Au sein de l'école élémentaire, les CLIS 1 sont des classes spécialisées qui accueillent des élèves porteurs de troubles des fonctions cognitives. Ces élèves doivent connaître des temps d'inclusion en classe ordinaire, alors nommée « classe d'inclusion ». Ma thèse s'intéresse à ce que disent les élèves de CLIS 1 de leur(s) place(s) dans l'école, à partir du concept de liminalité, tel qu'il a été défini par Murphy. Il Je postule que la CLIS est un lieu de la liminalité, permettant aux élèves de rester dans l'école sans les y inclure totalement.Je questionne la situation liminale des élèves de CLIS 1 par la dialectisation du statut, de la situation et de la place de la personne handicapée, dans une double perspective socio-historique et socio-clinique. La CLIS 1 peut être pensée comme un espace liminal, au regard de la définition du handicap mental et de ses différentes dénominations, de la perspective historique de la scolarisation des enfants en situation de handicap et de la politique actuelle qui revendique une volonté inclusive. A l'appui des cadres méthodologiques de l'analyse institutionnelle et de la sociologie de l'enfance, j'ai élaboré un dispositif de socio-clinique institutionnelle pour mener une réflexion collective avec les élèves de trois CLIS 1. Il ne s'agissait pas rechercher une adéquation des discours des élèves à la réalité observable, mais de confronter leurs représentations aux observations faites, de façon à analyser leur(s) place(s) au sein de l'institution scolaire.Mes données me conduisent à enrichir le cadre théorique initial. La liminalité des élèves de CLIS1 est une liminalité plurielle, qui dépend de facteurs sociaux, culturels, environnementaux, institutionnels, mais aussi individuels. La recherche a mis à jour le concept d'empan liminal, à savoir un processus dynamique qui se décline différentes situations liminales selon les temps d'inclusion en classe ordinaire de chaque élève. Mon travail empirique d'une part et théorique d'autre part me conduit à interroger les modalités de la mise en œuvre de la politique d'inclusion au sein de l'école élémentaire.

  • Titre traduit

    What do the children of "CLIS1" say about their place(s) in school ? A limminal span


  • Résumé

    Within the French primary school, CLIS 1 are specialised classes which accept children with cognitive disabilities. These children should partake in inclusion times in regular classes, called "inclusion classes". My thesis focuses on what CLIS 1 students say about their place(s) in the school, from the perspective of liminality, as defined by Murphy. I suggest that the CLIS is a place of liminality, allowing children to stay at school without their total inclusion.I question the liminal status of students in CLIS 1, by discussing the situation and place of disabled children, from both socio-historical and socio-clinical perspectives. The CLIS 1 can be thought of as a liminal space, regarding the definition of mental disability and its various denominations, from the historical perspective of the education of disabled children and from the current policy which claims inclusive desire. In support of the methodological frameworks of institutional analysis and the sociology of childhood, I developed a socio-clinical institutional device to guide a collective reflection with the children of three CLIS 1. It did not seek to match children's reflections to observable reality, The aim was not to compare exactly what the children said to observable reality, but to express to the children the contradictions between what they say and my observations, to analyse their place in the school.My data lead me to enrich the initial theoretical framework. The liminality of the children in CLIS 1 is a plural liminality, which depends on social, cultural, environmental, institutional, as well as individual factors. The research has updated the concept of liminal span, which is a dynamic process that weakens different liminal situations according to the inclusion time in regular classes of each child. My empirical work as well as my theoretical work, has led me to question the methods of the implementation of the inclusion policy in primary school.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Cergy-Pontoise. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.