Analyse néo-institutionnelle de l'investissement dans la biodiversité : choix organisationnels et leurs conséquences sur la restauration des écosystèmes aquatiques

par Pierre Scemama

Thèse de doctorat en Economie

Sous la direction de Harold Levrel.


  • Résumé

    L’objectif de ce travail est d’identifier les contraintes économiques à prendre en compte pour encourager l’investissement (public et prive) dans la restauration des écosystèmes aquatiques à partir du prisme de l’économie néo-institutionnelle. Au cours de ce travail nous avons mobilisé des matériaux et des méthodes variés qui nous ont permis d’identifier trois types de contraintes : des contraintes de coûts, des contraintes organisationnelles et des contraintes institutionnelles.Nos résultats montrent que ces projets sont exposés à une grande variabilité de coûts de production dans laquelle certains attributs jouent un rôle clé: le type d’écosystème cible, le contexte institutionnel, le degré de perturbation initial, l’ampleur des travaux à réaliser, le climat et la taille des projets.La mobilisation du cadre de l’économie néo-institutionnelle nous a conduits à nous intéresser aux coûts de transaction qui entourent les actions d’investissement dans la restauration des écosystèmes aquatiques. Ces coûts sont liés à l’existence de dispositifs de coordination particuliers entre acteurs du fait de la complexité des dynamiques de la biodiversité. Trois caractéristiques des projets sont à l’origine des coûts de transaction : la spécificité des actifs, l’incertitude et la fréquence des transactions. À partir de l’étude du marché de la compensation aux États-Unis et de quatre cas d’étude en France, nous montrons le lien qui existe entre source des coûts de transaction et efficacité organisationnelle du système. Nous montrons notamment qu’il existe une tension entre un objectif ambitieux de conservation et un objectif de développement des incitations à l’investissement.

  • Titre traduit

    New institutional analysis of the investment in biodiversity : organizational choices and their consequences on the restoration of aquatic ecosystems


  • Résumé

    The objective of this work was to develop the framework of the new institutional economics to identify the economic constraints to overcome in order to encourage public or private agents to invest in restoring aquatic ecosystems. In the course of this work we mobilized different materials and methods that allowed us to identify three types of constraints: cost constraints, organizational constraints and institutional constraints.Our results show that these projects are exposed to a great variability of production costs, some key attributes play a decisive role in this variability: the type of targeted ecosystem, the institutional context, the initial degree of disturbance, the amount of works needed, the climate and the size of projects.Using the new institutional economics framework, we were interested in the transaction costs that surround investment project of restoring aquatic ecosystems. These costs are associated to the need of specific coordination devices between actors adapted to the complexity of biodiversity dynamics. Transaction costs originate from three different characteristics of projects: asset specificity, uncertainty and frequency of transactions. From the study of the market of wetland mitigation in the United States and of four case study in France, we show the link between the origin of transaction costs and organizational efficacy of the system. Among other results, we show that there is a tradeoff between an objective of challenging conservation and an objective of creating incentives for investment for the restoration of aquatic ecosystems.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.