Description et étiologie des exostoses oro-faciales : exemple d'une population thaïlandaise

par Anneliese Léonard

Thèse de doctorat en Anthropologie biologique

Sous la direction de Jaroslav Bruzek et de Priscilla Bayle.

Le président du jury était Véronique Dupuis.

Le jury était composé de Pascal Adalian, Lionel Hautier, Christopher Knüsel.

Les rapporteurs étaient Éric Crubézy, Christopher Dean.


  • Résumé

    Cette thèse vise à participer à une meilleure connaissance des exostoses oro-faciales comme variation anatomique et préciser leur possible utilisation en anthropologie biologique. Une nouvelle méthodologie a été conçue pour faciliter leur enregistrement tant sur restes squelettiques qu’individus vivants. L’étude a été réalisée sur une population thaïlandaise : la collection anatomique de référence de la faculté de médecine de Chiang Mai. Cette population a été choisie pour ses hautes fréquences et forte expressivité des exostoses oro-faciales, ainsi que son homogénéité génétique. Les exostoses oro-faciales ont été évaluées par présence/absence et métriquement. Leur relation au sexe, à l’âge et entre leurs différents types est détaillée et les étiologies discutées. La composante génétique est évaluée sur la base de l’homogénéité populationnelle et les liens entre exostoses et variations anatomiques dentaires et crâniennes. La composante environnementale inclut des données sur l’alimentation, le stress occlusal et la santé orale. Les exostoses oro-faciales apparaissent comme un ensemble de caractères liés entre eux et très influencés par l’âge. Toutes les exostoses sauf l’exostose palatine sont significativement liées au sexe avec prédominance masculine. Les exostoses oro-faciales n’appartiennent pas aux variations hyperostotiques. Les liens récurrents avec certaines variations anatomiques dentaires suggèrent une base génétique. Les exostoses oro-faciales émergent préférentiellement quand un maximum de dents saines et peu usées sont présentes, mais l’édentation de large étendue ne réduit pas leur prévalence, ni leur expressivité. L’influence environnementale locale n’est pas caractéristique d’un stress fonctionnel. Le régime traditionnel asiatique pourrait être une influence conséquente par son caractère promoteur du tissu osseux. La double participation génétique et environnementale au processus étiologique suggère que les exostoses oro-faciales appartiennent aux variations quasi-continues.

  • Titre traduit

    Description and etiology of oral exostoses : the example of a Thai population


  • Résumé

    We aim here at participating in a better understanding of oral exostoses as an anatomical variant in order to clarify their possible use in biological anthropology. We propose a new study design that could be applied both on skeletal remains and living individuals and that allows discuss the etiology of oral exostoses. The research has been undertaken on the anatomical reference collection of the faculty of medicine of Chiang Mail, Thailand. The Thai population displays a wide array of expression of oral exostoses and a great genetic homogeneity. The oral exostoses have been scored by presence/absence and their measurements. The genetic component has been evaluated through population homogeneity and the relationships between oral exostoses and dental and cranial anatomical variants. The environmental component includes data on diet, occlusal stress and oral health. Oral exostoses appear as a set of characters linked together and strongly influenced by age. All types of oral exostoses except the palatine exostosis are correlated with sex with a male predominance. Oral exostoses do not belong to hyperostotic variants. The recurring relationships with dental anatomical traits point to a genetic basis. Oral exostoses preferentially arise when the greatest number of healthy, unworn teeth is present, although extensive edentulousnes does not lessen both their presence and their expressivity. The local environmental context is not typical of functional stress. The traditional Asian diet may be a substantial influence because of its bone-promoting composition. A dual participation of both genetic and environmental components to the etiological process implies that oral exostoses are quasi-continuous variants.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.