L'éclosion de l'écriture métaphorique à l'aube de la littérature française : étude sur la métaphore dans les textes du XIIème siècle

par Samuel Molin

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparée

Sous la direction de Danièle James-Raoul.

Le président du jury était Françoise Laurent.

Le jury était composé de Danièle James-Raoul, Estelle Doudet, Jean-Marie Fritz, Géraldine Puccini-Delbey.

Les rapporteurs étaient Estelle Doudet, Jean-Marie Fritz.


  • Résumé

    La littérature en langue vernaculaire du XIIe siècle cristallise une évolution lente dans les styles d'écriture : une simple lecture permet de constater l'absence ou presque de métaphores dans les chansons de geste, alors que des expressions métaphoriques, originales et diversifiées, ornent en nombre non négligeable les romans et les lais. Les arts poétiques médiolatins des XIIe et XIIIe siècles proposent leur définition de la métaphore, se situant dans la lignée des textes théoriques de l'Antiquité ou au contraire privilégiant la rupture. Ce bouillonnement réflexif caractérise l'engouement de l'époque pour le tour métaphorique. L'apparition et le développement de la littérature romanesque entraînent, dans son sillage, des modifications dans les manières de concevoir l'écriture : le traitement de certains motifs littéraires, au premier rang desquels la passion, ainsi que des contraintes nouvelles liées à la versification favorisent le recours aux métaphores. Des influences extérieures jouent également un rôle dominant : la littérature médiévale s'inspire de la poésie élégiaque latine, qui se complaît dans l'utilisation d'images amoureuses, mais également de la lyrique d'oc, qui offre une vision différente de la passion, fondée sur la réciprocité.

  • Titre traduit

    The birth of metaphorical writing at the dawn of French literature : study on metaphor in the 12th century texts


  • Résumé

    A slow evolution concerning the writing styles has taken shape in vernacular literature of the 12th century. A simple reading reveals that whilst hardly any metaphors are used in epic poems, original and varied figures of speech abound in novels and lays. The medieval Latin poetic arts of the 12th and 13th centuries have their own definition of metaphor. They either follow the line of ancient theoretical texts or choose to recreate it. This ferment of ideas illustrates the infatuation with metaphors which prevailed at that time. The appearance and the subsequent development of novelistic literature have caused writing modifications : the way some literary motifs –first and foremost passion- and new restraints due to versification encourage the use of metaphors. External influences also play a major part : medieval literature is inspired by Latin elegiac poetry -which indulges in love images- and by troubadour poetry, the latter offers another point of view about passion, based on reciprocity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.