Le travail dans l’accueil familial : quels enjeux pour l’enfant accueillant ?

par Aurore Mazza Mainpin (Mazza)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Pierre Minary et de Michel Boutanquoi.

Soutenue le 18-12-2014

à Besançon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Espaces, Temps, Sociétés (Besançon) , en partenariat avec Laboratoire de Psychologie (Besançon) (laboratoire) .

Le président du jury était Brigitte Almudever.

Le jury était composé de Jean-Pierre Minary, Michel Boutanquoi, Brigitte Almudever, Régine Scelles, Benoît Schneider.

Les rapporteurs étaient Régine Scelles, Benoît Schneider.


  • Résumé

    Si les enjeux du placement familial à titre permanent dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance concernent évidemment en tout premier lieu les enfants déplacés d’une famille à l’autre, l’accueil constitue néanmoins un événement particulier au regard du système familial et plus encore des enfants accueillants. Notre travail de recherche vise à mieux saisir la singularité des expériences fraternelles susceptibles de se tisser entre enfants (« accueillants » et « accueillis »), au-delà des configurations relationnelles traditionnellement issues de la filiation. Plus précisément, dans la mesure où le cadre du placement s’institue à la croisée des sphères familiales et professionnelles, nous cherchons à comprendre comment ces expériences fraternelles sont « habitées » par les dimensions du travail et de là, comment l’enfant accueillant, devenu adolescent, vit ce dispositif d’accueil familial. Divers types de données (quantitatives et qualitatives) ont été recueillies auprès de 45 adolescents accueillants âgés de 11 à 18 ans. Dans une perspective de triangulation, nous avons articulé un traitement statistique des questionnaires, une analyse lexico-métrique de l’intégralité de notre corpus et enfin une analyse qualitative de contenu de quatre entretiens. Même si les enfants accueillants manifestent des scores moyens d’anxiété et de dépression inférieurs à ceux de la population du même âge, nos résultats montrent qu’accueillir chez soi un enfant en placement constitue une expérience de vie complexe, notamment de par les remaniements relationnels, familiaux et personnels qu’elle requiert. La manière dont les enfants accueillants parlent leur expérience montre clairement l’existence d’une dynamique singulière de socialisation professionnelle, mais aussi un certain enlisement dans l’éprouvé brut d’une relation marquée par des difficultés, ainsi qu’une mise en tension des appartenances familiales. Finalement, nous mettons en évidence deux postures et conceptions de l’accueil opposées, selon que les enfants pensent et vivent le rapport à l’enfant accueilli dans une perspective de care ou de prestation de services

  • Titre traduit

    The child of foster parents


  • Résumé

    If the foster care concerns at first foster children displaced from a family to another, it constitutes a singular event for the entire family but mainly for children of foster parents. Our research aims to understand the particularity of these potential fraternal experiences between children (fostered and fostering), beyond the traditional relational configurations derived from filiation. Specifically, to the extent that the foster care is instituted at the intersection of work and family spheres, we seek to understand how these fraternal experiences are invested by the dimensions of work and then how child of foster parents, as a teenager, lives the foster care system. Various types of data (quantitative and qualitative) were collected from 45 teenagers aged from 11 to 18 years. From the perspective of triangulation, we have articulated a statistical analysis of questionnaires, a lexical metric analysis of our entire corpus and finally a qualitative content analysis of four interviews. Even if children of foster parents present anxiety and depression scores lower than the population of the same age, our results show that receiving a child in foster care at home is a complex life experience, changing relational, family and personal balances. How fostering children speak their experience clearly shows the existence of a singular dynamic professional socialization, but also a certain risk of feeling overwhelmed with relationship problems and contrasting family memberships. Finally, we highlight two postures and opposing conceptions of foster care, as children think and live the relationship with the foster child from a perspective of care or service delivery

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (366 p.)
  • Annexes : Bibligor. p. 345-365

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2014.028
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.