Choix de localisation résidentielle, externalités agricoles et politiques agri-environnementales

par Thomas Coisnon

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Walid Oueslati.

Soutenue en 2014

à Angers .


  • Résumé

    L’étalement urbain est un enjeu environnemental et socio-économique fort. De nombreuses politiques tentent de limiter l’urbanisation excessive autour des aires urbaines européennes ou nord-américaines. Pour appréhender la question de l’étalement urbain, il est nécessaire de comprendre quels sont les mécanismes en oeuvre dans les choix de localisation résidentielle des ménages. En effet, près de la moitié des surfaces artificialisées en Europe entre 2000 et 2006 l’ont été à des fins résidentielles. Plus de trois quarts de cette artificialisation s’est effectuée au détriment de terres agricoles. L’objectif de cette thèse est de construire un cadre théorique permettant de comprendre les mécanismes économiques reliant les choix de localisation résidentielle des ménages et les externalités produites par l’agriculture. Nous utilisons le modèle statique de ville monocentrique développé par l’économie urbaine. Les modèles théoriques développés mettent en évidence différents résultats. La production d’un niveau suffisant d’aménités agricoles peut amener un ménage à s’installer loin de la ville où il travaille mais à proximité d’un cadre de vie qu’il valorise. Le développement urbain fragmenté peut donc être une configuration naturelle pour une ville entourée d’une agriculture hétérogène. Par ailleurs, l’introduction d’une politique agri-environnementale incitant les agriculteurs à produire des externalités positives peut affecter indirectement les choix de localisation résidentielle des ménages. Finalement, toute politique susceptible d’affecter les caractéristiques de l’espace périurbain se doit de l’aborder par une approche holistique, prenant en compte ses nombreux déterminants

  • Titre traduit

    Residential location choices, agricutural externalities and agri-environmental policies


  • Résumé

    Urban sprawl is a major environmental and socioeconomic issue. Many public policies are designed to limit the excessive urbanization that occurs around large European and North-American urban areas. In order to address the urban sprawl issue correctly, it is necessary to understand the mechanisms driving households’ residential location choices. Indeed, in Europe, between 2000 and 2006, nearly half of the artificialized land was dedicated to residential use. More than three quarters of this land-use change occurred on farmland. The purpose of this work is to provide a strong theoretical framework which would allow giving keys for better understanding of the economic mechanisms involved in residential location choice on the one hand, and agricultural externalities on the other. We use the static model of the monocentric city, developed by urban economy. Our theoretical models allow us to highlight various results. A sufficient supply of agricultural amenities may drive households to locate further away from the city where they work, but nearer to a bettervalued life environment. We show that, under certain conditions, fragmented urban development may naturally occur in any city surrounded by heterogeneous agriculture. We also show that the introduction of an agri-environmental policy promoting the provision of agricultural positive externalities may indirectly affect households’ residential location choices. Therefore, any public policy that is likely to influence characteristics of the suburban area has to deal with a holistic approach, taking into account its many drivers

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (203 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 170-186

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Droit - Economie - Santé.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.