Les représentations de la justice en France au siècle des lumières (1715-1799) : pour une iconologie globale

par Samuel Devisme

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Philippe Sénéchal.


  • Résumé

    Les représentations de la justice en France de 1715 à 1799 sont très nombreuses et très variées, allant de l'allégorie représentant une femme, souvent drapée, tenant une balance et une épée, à l'exécution publique, capitale ou non, en passant par les hommes qui la côtoient, qu'ils soient magistrats ou criminels. Ces représentations contiennent en filigrane l'idéologie de la société dont elles sont les contemporaines. Elles s'inspirent de la tradition artistique issue des siècles passés, de la littérature, de la philosophie, du droit. . . Elles témoignent de l'image que les Français du siècle des Lumières se faisaient de la justice autant que de l'image que l'institution souhaitait donner d'elle-même. De la divinité Thémis à Salomon, de la potence à la guillotine, du plus détestable criminel au plus puissant magistrat et jusqu'au roi, tout un univers artistique émerge. Dans cet univers se rencontrent le raffinement des salles de justice des parlements, la relative modestie des salles de justice locale, l'élégance de la robe du magistrat et la vulgarité du criminel le plus sombre. De nombreuses techniques - peintures, dessins, estampes, sculptures, architectures, arts décoratifs, graffiti - ainsi que de nombreux genres - les allégories, les scènes religieuses, mythologiques, historiques ou de la vie quotidienne, les portraits, les caricatures. . . - artistiques sont présents. De Hyacinthe Rigaud à Edme Bouchardon, de Louis XV à Robespierre, de Cartouche à Damiens, de l'exécution de Derues à celle de Marie-Antoinette, nombreuses sont les figurations de la justice au cours du siècle des Lumières. Cependant, toutes participent d'une iconographie spécifique, riche en significations que cette étude distingue, met en lumière et analyse.


  • Résumé

    There are a lot of numerous and varied pictures of justice in France from 1715 to 1799. They go from the allegory of a woman, often dressed, holding a scale and a sword, or a public execution, capital punishment or not ; to men who go alongside the justice, whether they are judges or criminals. These pictures tell, between the lines, the ideology of the society of which they are contemporary. They are inspired from the artistic tradition, out of the past centuries, literature, philosophy and law. . . They are the testimony of what the French people from the Enlightenment Century thought of justice as well as what the institution' wanted to show of itself. From the divinity Themis to Salomon, from the gallows to the guillotine, from the most hateful criminal to the most powerful judge, and to the king, a whole artistic universe is rising. In this universe, the refinement of the justice rooms in parliaments, the modesty of the local justice rooms, the elegance of the judge's robe, and the vulgarity of the darkest criminal are meeting all together. A lot of artistic techniques - paintings, drawings, engravings, sculptures, architectures, decorative arts, graffiti - as well as a lot of artistic genres — allegories, scenes that can be religious, mythological, historical or from daily life, portraits, caricatures. . . - are present. From Hyacinthe Rigaud to Edme Bouchardon, from Louis XV to Robespierre, from Cartouche to Damiens, from the execution of Denies to Marie Antoinette's one, the figurations of justice throughout the Enlightenment Century are numerous. However, they're all part of a specific, meaningful iconography that this study stands out, emphasizes and analyses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 10 vol. (949, 1154 p.)
  • Annexes : Bibliogr. volume 4, p. 826-866. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Pôle Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W 12348
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.