La librairie parisienne sous surveillance (1814-1848) : imprimeurs en lettres et libraires sous les monarchies constitutionnelles

par Marie-Claire Lefils-Boscq

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Yves Mollier.

Soutenue en 2013

à Versailles-St Quentin en Yvelines .


  • Résumé

    Au temps des dernières monarchies françaises, la surveillance de la librairie s’appuie sur les textes fondateurs que sont le décret napoléonien du 5 février 1810 et la loi promulguée par Louis XVIII le 21 octobre 1814. Dans la capitale, centre des pouvoirs politiques et culturels de la France, imprimeurs et libraires parisiens font l’objet d’un contrôle particulièrement serré, orchestré par l’administration de la Librairie. Un imprimeur en lettres ou un libraire n’est autorisé à exercer qu’à condition de détenir un brevet, titre professionnel personnel, délivré par le roi sur proposition du ministre de tutelle de la Librairie. Le brevet constitue un instrument-clé dont se sert la Librairie pour asseoir son autorité. Par celui-ci, elle contrôle l’ « entrée en librairie » et elle peut brandir la menace de son retrait vis-à-vis des professionnels en exercice. Les inspecteurs de la Librairie ainsi que les commissaires de police se rendent dans les ateliers d’imprimerie et les boutiques, librairies et cabinets de lecture, pour contrôler le respect des procédures légales et la nature des ouvrages proposés au public. Au cours des différents règnes, de nouvelles lois complètent l’arsenal juridique en définissant les crimes et délits qui, en matière de publications, sont passibles de sanctions ainsi que le « tarif » des peines – amendes et emprisonnement – afférentes. L’étude de la surveillance de la librairie de 1814 à 1848 souligne les inflexions politiques d’un pouvoir monarchique hésitant entre liberté de la presse et censure inavouée.

  • Titre traduit

    The Parisian bookselling under surveillance (1814-1848) : printers and booksellers under constitutional monarchies


  • Résumé

    In the days of France’s latest monarchies, the surveillance of bookselling relied on two founding laws: the napoleon decree of February 5th, 1810 and the law enforced by King Louis 18th on October 21st, 1814. In the capital, which was the heart of France’s political and cultural powers, Parisian printers and booksellers were being imposed a very strict control organized by the bookselling authority. A printer as well as a bookseller could only work provided they should be in possession of a patent, “brevet”, a professional license delivered individually by the king upon the suggestion of the ministry in charge of bookselling government. Therefore, a “brevet” became the key-instrument to strengthen the power of the bookselling management. By this means, they controlled the access to “bookselling” along with the threat of a potential withdrawal. Bookselling inspectors as well as police superintendents would go to printing workshops, booksellers and reading rooms to check whether legal procedures were being respected and which books were being proposed to the public. In the course of the different reigns, new laws completed the judicial arsenal by defining crime which, as far as publishing is concerned, was subject to fines or imprisonment. The study of the bookselling surveillance from 1814 to 1848 emphasizes the political changes of monarchies hesitating between freedom of the press and unspoken censorship.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (576 p., 192 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 162-192. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : 070.5 LEF

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.