Relation moléculaire bi-directionnelle entre diabète et maladie parodontale

par Vincent Blasco-Baque

Thèse de doctorat en Physiopathologie

Sous la direction de Jean-Christophe Farges et de Philippe Kemoun.

Soutenue en 2013

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    L'évolution du mode de vie, et plus précisément les alimentations de plus en plus riches, contribue à l'incidence croissante du diabète de type 2 dans le monde. De nouveaux concepts proposent l'implication des microbiotes bactériens dans le développement des maladies métaboliques. Or la cavité buccale est un environnement bactérien avec 100 millions de bactéries par millilitre de salive. De ce fait, nous nous sommes centralisés sur une pathologie infectieuse bactérienne particulière à manifestation inflammatoire : la maladie parodontale. Les études épidémiologiques montrent une association entre maladie métabolique et diabète sans explications biologiques. De ce fait, nous avons voulu étudier les mécanismes liant ces 2 pathologies. Dans ce but, nous avons réalisé 2 approches expérimentales : - Dans une première approche, nous avons voulu étudier l'impact de l'état diabétique sur le parodonte. Nous avons montré que l'alimentation grasse induit le développement de la maladie parodontale via le récepteur aux LPS. De plus, la supplémentation par des œstrogènes présente un effet protecteur sur le développement du microbiote parodontal pathogène et l'inflammation parodontale. Ces résultats furent publiés dans la revue PlosOne en Novembre 2012. - Dans la deuxième approche, nous avons proposé que la maladie parodontale soit un facteur de risque du diabète. Nous avons mis au point un modèle de maladie parodontale chez la souris et l'avons soumis à un stress nutritif. Nous avons constaté que cette pathologie buccale impactait la tension artérielle (publié dans Annales de cardiologie et d'angéiologie en Juin 2012), le bilan lipidique, l'intolérance au glucose et la sensibilité à l'insuline. De plus, nous avons montré que le système immunitaire était affecté par la maladie parodontale et présentait un lien avec la gravité de l'état diabétique. Ces travaux sont en cours de finalisation pour être soumis dans une revue internationale. La définition du lien entre la maladie parodontale et le diabète présente une voie importante de perspectives de recherche à la fois fondamentale et clinique.

  • Titre traduit

    Bidirectionnal and molecular relationship between diabetes and periodontal disease


  • Résumé

    The pandemic extent of Type 2 Diabetes (T2D) is thought to arise from the increased fat-to-fiber ratio in our diet. This aspect strongly impacts on gut microbiota, whose modifications are associated and causally linked to metabolic diseases. Beyond the gut, the mouth also harbors millions of bacteria per ml of saliva and modifications of this bacterial ecosystem are associated to oral diseases. In particular, we focused on gingival microbiota, in which an increase of gram negative bacteria leads to increased inflammation and defines the periodontal disease (PD). Despite epidemiological studies show an association between metabolic and periodontal diseases, the biological and molecular mechanism linking the two pathologies are poorly understood. To shed light into this domain, we aimed at studying: 1- The impact of T2D on periodontal tissue 2- Whether periodontal diseases may represent a risk factor for T2D In the first study we showed that a high-fat diet (HFD), a strong inducer of T2D and metabolic diseases, also triggers periodontal diseases via lipopolisaccharides co-receptor CD14. Moreover, estrogens supplementation, already shown to affect the development of periodontal diseases, prevented the overgrowth of periopathogens, reducing buccal inflammation. These results have been recently published on PLoS ONE (Nov. 2012). In the second study, we set up a murine model of PD and we treated these mice with a high-fat diet. Our results show that periodontal disease affects blood pressure (published in Annales de Cardiologie et d'Angéiologie, Jun 2012), the blood and liver lipid profile, glucose-tolerance and insulin-sensitivity. Moreover, circulating as well as cervical lymphnode and spleen immune cells were affected in a manner correlated to T2D severity. A manuscript describing these results is in-progress to be submitted for publication in an international review. Hence, understanding the molecular mechanism linking T2D and PD represents an important perspective for both basic and clinical research.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (116 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 108-114

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2013 TOU3 0084
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.